S’exprimant à l’issue d’une réunion avec le président de la république, le général Michel Aoun au Palais Présidentiel de Baabda, le patriarche maronite a ainsi fait part des résultats de la journée de prière du 1er juillet à l’appel du Pape François. Il s’agit, note le prélat maronite, de mettre immédiatement la feuille de route papale.

L’heure n’est plus à l’amusement, indique le Patriarche Béchara Boutros Rahi.

Sa Sainteté le Pape porte la cause libanaise au plus profond son cœur et la porte à la communauté internationale mais nous nous devons mettre de l’ordre chez nous. Il n’est pas permis au Pape de plaider notre cause au monde si nous n’y pensons pas.

Le patriarche Béchara Boutros Rahi, le 7 juillet depuis le palais de Baabda.

Le patriarche a également estimé que “tout le monde viole la constitution, et personne ne se préoccupe autant du Liban que le Président de la République” avant d’appeler le premier ministre désigné Saad Hariri à former rapidement un gouvernement en coopération avec le président de la république et conforme à la constitution.

Le Liban, estime l’Homme d’Eglise est victime du retard pris dans la formation d’un nouveau cabinet, un retard qui pourrait être induit par un complot, estime-t-il sans donner plus de précisions.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español

Comments are closed.