À l’issue d’une réunion avec le Président de la République au Palais Présidentiel de Baabda, l’ancien député Walid Joumblatt a jugé le processus de formation du prochain gouvernement dans l’impasse et appelle les différents protagonistes au compromis.

“Nous avons atteints une impasse totale alors que la situation économique s’effondre”, juge le dirigeant du Parti Socialiste Progressiste, qui estime que la population libanaise pourrait bientôt être affamée avant d’appeler à compromis jugé nécessaire. Il a également jugé nécessaire l’application de l’initiative française, notant le désintérêt actuel de la communauté internationale vis-à-vis du Liban.

Cette information intervient alors qu’aucun progrès n’a été effectué quant à la formation du prochain cabinet à l’issue d’une rencontre entre le chef de l’état, le général Michel Aoun et le premier ministre désigné Saad Hariri cette semaine. Une nouvelle rencontre devrait ainsi avoir lieu ce lundi.

Les différents entre les 2 hommes portent toujours sur le nombre de ministres, le président de la république souhaitant un format de 20 portefeuilles et le premier ministre 18, ou encore la répartition de certains portefeuilles ministériels.

À ce sujet, Walid Joumblatt estime que le nombre importe peu, soutenant l’option de 18 ministères et l’établissement d’un mécanisme de réduction des tensions politiques.

Aussi, il a souligné que les frontières et le dollar doivent être contrôlées et incluses dans le réglement à venir entre partis politiques.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Italiano Español