Avant hier, à l’occasion d’une conférence de presse, l’ancien ministre Sleiman Frangié, chef du Courant Marada, a pris la défense de son « ami », Sarkis Hleiss, le directeur des installations pétrolières au sein du ministère de l’Énergie et de l’Eau visé par un mandat d’arrêt dans le cadre de l’enquête sur l’affaire du fuel frelaté livré à Électricité du Liban (EDL). Il a dénoncé une « justice politisée » malgré la mise en cause d’Aurore Feghali, la directrice du pétrole au sein du ministère de l’Énergie et de l’Eau, qu’il considère lui-même comme proche du Courant patriotique libre (CPL). Le chef du clan Frangié a même affirmé qu’il protègerait Sarkis Hleiss dont l’arrestation est pour lui hors de question.  

Il s’en est surtout pris violemment au Président de la République le général Michel Aoun et à l’ancien ministre Gébran Bassil, chef du CPL. De 2005 à 2016, ils étaient proches mais Saad Hariri les a transformés en rivaux lorsqu’il a décidé de soutenir l’élection de Sleiman Frangié à la Présidence de la République. Cette initiative de Saad Hariri n’avait alors pas débouché à l’élection du chef du Courant Marada en raison du refus du général Michel Aoun, le fondateur du CPL. Finalement, c’est ce dernier qui fut élu Président de la République, aux dépens de Sleiman Frangié, grâce aux voix des députés du Courant du Futur, du Hezbollah et du parti des Forces libanaises (FL) en plus de celles du CPL et du parti arménien Tachnag. 

Même s’il s’en défend en disant ne pas être candidat, Sleiman Frangié vise à prendre sa revanche en 2022 à l’occasion de l’élection présidentielle. Il a mis en évidence sa solide alliance avec le duo chiite (le mouvement Amal et le Hezbollah). En novembre 2018, il s’était réconcilié avec le chef du parti des FL Samir Geagea, condamné pour avoir tué son père Tony Frangié. Sleiman Frangié et Samir Geagea sont tous deux proches de Raymond et Teddy Rahmé également visés par des mandats d’arrêts pour l’affaire du fuel défectueux. Le chef du Courant Marada considère Gebran Bassil comme son principal concurrent pour l’accession à la magistrature suprême. 

D’autre part, Sleiman Frangié a affirmé que le Liban ne disposait en réalité d’aucune ressources pétrolières et gazières, brisant ainsi le rêve de nombreux Libanais. 

De son côté, Fouad Abou Nader, le président de la fondation Nawraj, a appelé le patriarche maronite Béchara Raï à prendre une initiative pour arrêter immédiatement la querelle entre l’ancien ministre Sleiman Frangié et le Président de la République le général Michel Aoun avant qu’elle empire car le pays fait face à une crise financière et la présence des chrétiens doit être préservée. 

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Español Հայերեն

Comments are closed.