En ce jour particulier, un an après le drame du port de Beyrouth, une pensée particulière, non pas seulement aux 200 morts et aux 6500 blessés de l’explosion du port de Beyrouth mais également à tous les martyrs de l’Histoire du Liban.
En cause de la catastrophe, non pas seulement la négligence d’avoir laissé 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium en plein coeur d’une ville mais surtout la culture de l’impunité.

Ce ne sont pas les immunités seulement qu’il s’agit de lever, les rôles de chacun dans ce drame qu’il faille accuser, – cela n’est qu’une étape – mais au-delà, cette culture du Maalachi, cette culture de toujours positiver dans le pire, de ne jamais vouloir voir et affronter les choses, d’offrir des excuses, les unes après les autres et même une loi d’amnistie, plutôt d’amnésie au sortir de la guerre civile.
En effet, ce ne sont pas 200 morts qui sont décédés à cause de ces facteurs multiples mais des milliers de morts, à commencer les 100 000 morts de la guerre civile entre autre.

Ces lois ont justement exonéré de leurs responsabilités des seigneurs de guerre, qui déjà avaient transformé ce Paradis en enfer durant cette funeste période jusqu’à leur rendre une sorte de virginité suffisante pour qu’aujourd’hui certains puissent être présents à des postes de responsabilité jusqu’à une nouvelle catastrophe, pour à nouveau racketter, voler, tuer… lentement ce pays.

Bien avant le drame du port, vous disiez corruption? Quelles ont été les conséquences par exemple de la disparition de 4 milliards de dollars de la Banque Al Madina dans les années 2000 quand le secteur bancaire a laissé disparaitre une centaine de milliards de dollars aujourd’hui?
Vous disiez pollution? Quelles ont été les conséquences de l’importation des dioxines de Seveso dans les années 1980, alors qu’on laisse entrer des marchandises explosives comme 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium depuis?
Vous dites terroriste? Quelles ont été les conséquences de Nahr Bared pour ne pas évoquer les crimes de guerre de 1975 à 1990?
Vous disiez justement guerre civile? Pourquoi il y a-t-il encore un état qui n’est pas respecté, des états dans l’état, que cela soit SOLIDERE, la banlieue sud ou encore les camps palestiniens?
Vous disiez meurtres? On nous tue à petit feu jour après jour, faute de médicaments pour les personnes souffrant de cancer par la pollution, faute d’électricité pour les respirateurs des hôpitaux sans que cela ne puisse émouvoir ceux qui détiennent les cordons de nos bourses.

On pourrait ainsi continuer des litanies, mais une chose tout de même à dire…
Vous dites étranger? Qu’en est-il de nos responsabilité comme citoyen d’avoir accepté cet état de fait?

Aujourd’hui vous dites Justice? Quand est-il de la justice justement des personnes qui n’ont jamais pu faire leur deuil d’avoir eu durant la guerre civile des proches qui ont disparu probablement dans les mêmes mains que ceux qui ont profité des trafics du port de Beyrouth aujourd’hui?

Le drame du port n’est pas qu’un drame différent à part dans son amplitude immédiate de ce que nous vivons, année après année. On nous tuait déjà à feu-doux. Le drame de Beyrouth est en effet un évènement d’une suite de drames, différents les uns des autres mais dont les bénéficiaires ont toujours été les mêmes et les libanais, en fin de compte, des victimes consentantes, années après des années.

Effectivement, à chaque fois, il s’agit des mêmes personnes et des mêmes réseaux qui ont, au motif de gains personnels, ont abusé de votre confiance sans que cela ne vous cause assez souvent un problème. Sinon, ce n’est pas une révolte qui aurait eu lieu, mais une révolution bien avant.

Nous portons en nous aussi une part de responsabilité en nous… qu’il s’agisse aussi de reconnaitre, des responsabilités induites par l’acceptation d’une culture d’impunité vis-à-vis de responsables de ces états de fait. On leur a pardonné par la passé. Pourquoi au final, on ne leur pardonnera pas aujourd’hui et demain, malgré nous-même et malgré?

En cause également, une irresponsabilité générale et quand bien même ces personnes, ces dirigeants irresponsables seraient ainsi mis en cause, il leur serait tellement facile de passer une nouvelle “loi d’amnésie” à l’ordre du jour… et de faire régner une nouvelle fois la terreur.

Le Libanais n’a jamais rien appris de son Histoire, il recommence les mêmes erreurs. Il n’a jamais réussi en fait à devenir adulte, devant obéissance et respect à son zaim, et quand il n’en peut plus, au lieu de se battre pour ses droits, il préfère partir, fuir …
Peut-être, il s’agit désormais de se battre, de faire face, de combattre cette culture d’impunité.

C’est cet état d’esprit qu’il s’agit de changer.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français English العربية Deutsch Español Հայերեն