Riad Salamé sur Al Hadath, 24 mai 2021

Un accord aurait été conclu entre le gouvernement et la Banque du Liban concernant le chiffrage des pertes du secteur bancaire, un point primordial pour la relance des négociations avec le FMI, indiquent plusieurs sources médiatiques

Ce chiffre serait inférieur à celui présenté par le précédent gouvernement, soit inférieur à 63 milliards de dollars, un chiffre pourtant confirmé par les estimations du FMI et alors que les spécialistes soulignent que les pertes se sont accrues depuis l’année dernière même.

Le taux de change officiel visé par ce plan pourrait atteindre les 9 000 LL/USD ou 10 000 LL/USD. Cependant dans une interview diffusée sur Youtube, le gouverneur de la Banque du Liban estime ce taux irréalisable “sans budget qui inspire confiance, restructuration du système bancaire et négociation avec les créanciers”. Il a également estimé que le relèvement du taux de parité de retrait des dépots de devises des banques de 3900 LL/USD à 8000 LL/USD est actuellement irréalisable, “une telle opération créant des liquidités supplémentaires qui augmenteront significativement le taux de change du dollar sur le marché”. 

Riad Salamé s’en est également pris au président de la république, le général Michel Aoun, à l’ancien premier ministre Saad Hariri et au président de la chambre Nabih Berri, indiquant leur avoir demandé l’instauration d’un contrôle formel des capitaux lors de la fermeture des banques, sans avoir obtenu de réponse de leur part.

Focus

Il rapporto pubblicato nel 2020 dalla Foundation for Defense of Democracies e intitolato Crisi in Libano, Anatomia di un collasso finanziario considera insolventi tutte le banche libanesi studiate. Sono anche minacciati da procedimenti legali, accusati di riciclaggio di denaro e per il legame di alcuni stabilimenti con Hezbollah negli USA.

• Banca Audi SAL
• Banca di Beirut SAL
• Banca di Beirut e dei Paesi Arabi SAL
• Bankmed SAL
• Banque Libano-Française SAL
• SAL Banca BLOM
• Banca Byblos SAL
• Credito SAL libanese
• Banca Fenicia SAL
• Fransabank SAL
• IBL Banca SAL
• Libano e Banca del Golfo SAL
• SAL Banca MEAB
• Société Générale de Banque au Liban SAL

Tra le banche citate:

In totale, le 14 banche prese in considerazione richiederebbero un’iniezione di 67 miliardi di dollari, che è ben lontana dalle somme massime che il Libano potrebbe ottenere nell’ambito degli aiuti internazionali, vale a dire 26 miliardi di dollari (15 miliardi di dollari di prestiti tramite il FMI e 11 miliardi di dollari tramite CEDRE a condizione che mettano in atto le riforme economiche, monetarie e finanziarie necessarie per sbloccarli).

Secondo i calcoli effettuati da un esperto straniero, tutti gli stabilimenti richiederebbero massicce iniezioni di fondi, fino a 11,9 miliardi di dollari per la sola BLOM, seguiti da 11 miliardi di dollari per la Banca Audi, cifre oggi impossibili da pagare. . Il rischio di fallimento o addirittura di chiusura totale è quindi presente per questi stabilimenti con perdite significative per gli attuali azionisti.

Potrebbero sopravvivere solo se uniscono o tagliano i depositi presenti.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.