Categories: Politique

Le comité parlementaire des finances et du budget révisera le plan de sauvetage du Liban

Publicité
Publicité
Moins d'une minute de lecture

Le Président du comité parlementaire des finances et du budget Ibrahim Kanaan a indiqué que le plan de sauvetage présenté par le gouvernement Hassan Diab nécessitera l’adoption de nouvelles lois et l’amendement de lois existantes.

Ainsi, il reviendra à cet organisme parlementaire de débattre du plan de sauvetage adopté la semaine dernière par le conseil des ministres et qui prévoit notamment une aide financière du FMI à hauteur de 10 milliards de dollars. Au total, l’économie libanaise nécessiterait 28 milliards de dollars d’ici 5 ans, estime le Ministre des Finances Ghazi Wazni.

Cette information intervient alors que le Liban traverse une grave crise économique symbolisée par une importante détérioration de la valeur de la livre libanaise et induisant une importante perte du pouvoir d’achat de la population. 60% d’entre elle vivrait déjà sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de l’équivalent de 6 USD par jour.

Le plan de sauvetage, qui prévoit une dilution totale de l’actionnariat actuel des établissement bancaires locaux, est également rejeté par les banques libanaises qui ont appelé les parlementaires faire pression pour en obtenir le rejet. L’association des banques du Liban, qui a instauré unilatéralement un contrôle des capitaux, souhaiterait ainsi présenter un plan concurrent à celui du gouvernement d’ici 10 jours.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Publicité
Newsdesk Libnanews

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Publicité