Le Hezbollah a répondu aux propos de l’ancien premier ministre Saad Hariri, dans une dépêche de l’agence Akhbar al Yamn, au sujet des armes de la Résistance, surnom de la branche militaire du mouvement chiite, indiquant rejeter les accusations de ce dernier.

« Nous sommes devenus accoutumés face à ces propos recyclés à l’occasion de toute nouvelle situation importante au Liban », ont indiqué à l’agence de presse, des sources proches du Hezbollah, qui indiquent que les propos de Saad Hariri visent à rassembler un large soutien à la manifestation de l’ancienne coalition au pouvoir le 14 Mars prochain.

Ces mêmes sources indiquent que tout recours à la rue de la nouvelle majorité rassemblera « plus du double » de ce dont est capable le 14 Mars.

Pour rappel, l’ancien premier ministre Saad Hariri avait accusé le mouvement chiite d’empoisonner « le sang des martyrs de la révolution des cèdres et de la lutte contre Israël » devant une délégation de responsables du Courant du Futur.

Le communiqué aborde également la question de la formation du prochain gouvernement présidé par le premier ministre désigné Nagib Mikati, récusant les propos de certains membres du 14 Mars appelant ce dernier à se récuser face au retard pris dans la mise en place de ce cabinet. « Pourquoi a-t-on laisser 6 mois à Saad Hariri pour étudier la formation d’un gouvernement alors que le premier ministre désigné Nagib Mikati n’a droit qu’à un seul mois pour y faire face? », a indiqué cette dépêche, qui poursuit en indiquant que le Hezbollah facilite la formation du gouvernement, démentant toutes les informations faisant état d’un conflit entre les membres de la nouvelle majorité gouvernementale.