Liban: Saad Hariri « Je suis libre de quitter le Royaume quand je le souhaite »

Plus d’une semaine après sa démission, le Premier Ministre Saad Hariri que les autorités libanaises considèrent comme étant retenu en Arabie Saoudite s’est exprimé sur les ondes de la chaine libanais FutureTv.

« Je suis libre de quitter le Royaume et je peux quitter quand je le souhaite »

Interviewé par Paula Yacoubian, le Premier Ministre a indiqué qu’il était fier d’avoir démissionné depuis Riyad samedi dernier, souhaitant provoquer un choc au Liban, notamment en raison du rôle du mouvement chiite Hezbollah, qu’il accuse d’être impliqué contre les Pays Arabes et de la menace de sanctions américaines et également en raison de la prise de mesures sécuritaires, allusion à des menaces d’attentats contre sa personne.

« Je remercie chaque libanais qui appelle à mon retour », a-t-il déclaré, quelque soit son appartenance politique.

« Le Hezbollah doit réaliser que l’intérêt du Liban réside dans le maintien des liens avec les autres pays arabes »

Abordant le rôle du Hezbollah, Saad Hariri s’est déclaré en faveur d’une action politique du mouvement chiite mais s’est opposé à son action militaire en Syrie ou au Yémen, citant le principe de dissociation nécessaire pour préserver selon lui, le Liban. Le dossier du Hezbollah est considéré comme un dossier régional et non seulement libanais.

Il a également accusé l’Iran de s’ingérer dans les affaires internes des Pays Arabes.

« J’ai démissionné pour que les gens se réveillent »

Revenant sur les circonstances de sa démission, Saad Hariri a déclaré vouloir revenir prochainement au Liban pour présenter sa démission conformément à la Constitution libanaise et avoir une longue discussion avec le Président de la République Michel Aoun et évoquer avec lui la politique de dissociation qui n’a pas été, toujours selon lui, appliquée.

Il a évoqué la possibilité de continuer son mandat à la tête du gouvernement avec pour objectif l’organisation des prochaines élections législatives si la politique de dissociation est appliquée au Liban.

Le Premier Ministre a également évoqué le rôle de l’Arabie Saoudite au Liban, indiquant que le Roi Salmane le considère comme un fils et qu’il respecte le prince héritier Mohammed Ben Salmane.

« L’Arabie Saoudite aime le Liban mais elle ne l’aime pas plus que Riyad. Est-ce qu’elle peut continuer à aimer le Liban quand des groupes libanais essayent de destabiliser le Golfe? »

Saad Hariri a indiqué nécessaire de protéger le Liban, son économie, sa liberté et sa stabilité, souhait, selon lui, partagé avec le Roi Salmane.
Il a réfuté tout lien avec la campagne anti-corruption qui a actuellement lieu en Arabie Saoudite.

Saad Hariri a également accusé le régime syrien de vouloir l’assassiné.

Abordant sa visite aux Emirats Arabes Unis, Saad Hariri a indiqué avoir voulu rencontrer les autorités locales pour expliquer son geste. Le Premier Ministre indique être en phase avec elles.

The following two tabs change content below.
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

  • Zapata

    Très curieuses réponses de l’intéressé… Est ce l’Arabie qui doit dicter sa politique au Liban ??