Rencontre autour de l’identité libanaise à Panthéon-Assas

Quand les efforts de deux associations regroupant des jeunes engagés et particulièrement concernés par les défis actuels s’associent, le résultat est toujours louable et reflète une énergie régénératrice tant sur le plan intellectuel que culturel. Le résultat est même tonitruant : 250 personnes présentes dans l’amphithéâtre IV de l’Université Panthéon-Assas, venues assister à une conférence-débat autour de l’identité libanaise… notion compliquée dont le fil d’Ariane est toujours introuvable. Assas Monde Arabe et l’Institut du Liban ont coordonné leurs plans d’actions pendant trois mois pour organiser cet événement marqué par le dynamisme des intervenants et des participants.

Assas Monde Arabe est une association universitaire issue de la volonté d’un groupe d’étudiants de promouvoir le monde arabe, la richesse de sa culture, les enjeux juridiques, économiques et géopolitiques qui lui sont propres. Elle a aussi pour but de faciliter les contacts entre les étudiants de l’Université Paris II (Panthéon-Assas) et les institutions ou entreprises ayant trait au monde arabe. Elle est actuellement présidée par l’étudiante Myriam Sefraoui.
L’Institut du Liban quant à lui n’est pas un organisme purement universitaire mais depuis sa fondation en 1991 aide à développer les relations culturelles et sociales entre la France et le Liban, aider les étudiants libanais nouvellement arrivés en France à bien s’installer et s’intégrer dans la vie quotidienne, promouvoir en France une meilleure connaissance du Liban et organiser des manifestations culturelles, artistiques, sportives ainsi que des réunions et des conférences.

Le partenariat entre ces deux associations a été de bon augure et promet de déclencher sans doute d’autres  événements communs. L’identité a été le centre focal de leur première activité commune. Le Liban longtemps déchiré par ses conflits internes qu’ils soient de caractère confessionnel, politique, culturel ou social est un laboratoire vivant où l’identité est une hypothèse à laquelle chaque ère historique ramène une dimension différente… au point d’en faire un fléau. Partant de la conviction que le monde arabe auquel le Liban appartient est une des clés pour comprendre le monde actuellement, les deux associations ont regroupé dans le même panel trois intervenants, le 23 février, pour plancher autour de cette question plus que jamais d’actualité : M. Bahjat Rizk écrivain et attaché culturel de la délégation libanaise de l’UNESCO à Paris, Dr François Costantini professeur à l’ESCP et à l’USJ-Beyrouth et Mme Maya Khadra, doctorante en 2e année en littérature francophone du Proche Orient.

Les approches étaient variées. M. Rizk a proposé une lecture analytique et diachronique de l’identité libanaise à travers son essai « Les Paramètres d’Hérodote », un opus magnum sur comment coexister dans un même pays. Dr Costantini a quant à lui fait la lumière sur le lien infrangible entre l’identité libanaise et la présence maronite (chose qu’il développe dans son livre à paraître : « Le Liban : Histoire et destin d’une exception ») tandis que Mme Khadra a déconstruit le mythe phénicien par le biais d’une approche mythocritique appliquée sur un corpus de la littérature francophone libanaise du début du siècle dernier.

Le débat qui a suivi était des plus constructifs malgré la divergence des points de vue, au grand plaisir des organisateurs ou les soldats inconnus grâce à qui ce projet a pu voir le jour : Elias Wehbé, Myriam Sefraoui, Ismael Zniber, Maya Khadra et Georges Zeino.

Maya Khadra

The following two tabs change content below.

Nos Lecteurs

Nos Lecteurs sont également les auteurs de ce site. Vous pouvez soumettre votre tribune libre, vos réactions ou analyses en rapport avec les évènements actuels, en envoyant un courriel à [email protected] Une fois accepté par l’équipe Libnanews, votre texte sera publié dans la rubrique opinion ou dans les catégories appropriées. N’oubliez cependant pas les règles élémentaires de la courtoisie et veuillez respecter les règles et les usages de la Langue Française. Nous ne sommes toutefois pas responsables des opinions ou du contenu soumis par Nos Lecteurs.