Fatma BENMOSBAH | La place de la femme dans la société tunisienne s’est nettement améliorée, mais  le combat pour un meilleur partage des responsabilités entre hommes et femmes demeure plus que jamais un combat d’actualité.

La lutte des femmes contre les dominations, les humiliations, les violences les plus extrêmes dont elles sont victimes en Tunisie comme dans de nombreuses régions du monde est une lutte universelle.

Si le combat pour obtenir le plein exercice de leurs droits politique, économiques et sociaux est souvent associé à d’autres combats comme ceux contre le colonialisme, la dictature ou les inégalités économiques ou sociales, il ne saurait être instrumentalisé pour les servir, comme il  ne saurait l’être actuellement  en ce qui concerne la laïcisation de la société tunisienne post révolution.

Aujourd’hui, que chaque citoyenne tunisienne a retrouvé la liberté d’afficher ses opinions et ses convictions, grande est la tentation de chacune d’associer les valeurs de ses croyances à celles de l’exercice de la pleine citoyenneté.

Or ce combat pour la parité entre les femmes et les hommes dans tous les lieux de décision de la vie sociale, économique, politique et culturelle doit être mené seul et à part entière.

Présenter le débat sur l’égalité des chances hommes-femmes sous l’angle du combat pour la laïcité et contre toute forme de religiosité de la société est une instrumentalisation dangereuse parce que réductrice.

Cela mènerait, et à très court terme, à s’éloigner de l’objectif de ce combat à savoir assurer la pleine représentativité des femmes dans la société, que cela soit sous l’angle de la représentation politique ou l’angle de l’égalité professionnelle et salariale.

Que la république tunisienne soit laïque ou musulmane, l’émancipation de la femme ne passe pas par l’article de la constitution qui en a défini le statut ou va de nouveau le définir.

S’il est vrai que le Code du statut personnel puise ses sources dans une certaine interprétation du droit musulman, il n’en reste pas moins que ni la laïcité ni l’Islam ne sont en mesure d’apporter une solution à une situation qui s’apparente bien plus à une lutte de classe qu’à un débat entre différents courants constitutionalistes.

Mettre fin à des siècles de domination masculine ne peut être possible que par un programme aux contours bien définis, axés sur des réponses à apporter à des demandes précises.  Partout, quel que soit l’environnement politique, économique ou social dans lequel elles évoluent l’engagement des femmes pour leurs droits et l’égalité, pour leur place à tous les niveaux de responsabilités professionnelles et politiques, est une nécessité.

Fatma BENMOSBAH

2 COMMENTAIRES

  1. Le rôle des femmes :

    Il y a une grande nécessité d’inciter davantage la femme
    tunisienne à participer sans contraintes dans le choix de nos  représentants politiques lors des prochaines
    élections législatives (2012/2013). Les femmes tunisiennes ont toutes les
    compétences pour être des leaders afin d’assurer une représentation équilibrée
    au parlement.  Les mauvais traitements qui ont
    été infligés à beaucoup de femmes tunisiennes ont ébranlé leur estime de soi et
    leur sentiment d’être capables de mener leur propre destin; et ceci non pas
    parce qu’elles ne voulaient pas prendre leur vie en main mais parce que ce
    contrôle leur a été retiré au moyen de la terreur et des mauvais traitements et
    même par la législation. Les élections à venir (au plus tard) au mois de juin 2013
    seront la dernière chance afin que la femme tunisienne puisse se garantir un
    avenir meilleur et éviter l’esclavage et l’humiliation que veulent lui imposer
    certains hommes politiques. Nous vivons dans un pays où un grand pourcentage
    des hommes n’a pas encore conscience de l’importance et de la valeur de la
    femme et où ils pensent que tout est permis pour eux. Femme tunisienne, imaginez
    une seconde épouse qui couche avec votre mari dans votre maison. Aucune femme
    qui doit partager son mari n’est heureuse, il y a celles qui acceptent mieux
    que d’autres car elles n’ont pas d’autre choix, mais elles en souffrent comme
    toute autre femme en souffrirait! Il est encore temps de réagir contre la
    polygamie qui risque de vous être 
    imposée et que vous aurez alors à accepter. Femmes tunisiennes, refusez
    la soumission, dites non dès maintenant à la polygamie et à la violence
    masculine, protestez collectivement en faisant le bon choix lors des prochaines
    élections législatives. Femme tunisienne, la seule personne qui peut garantir encore
    vos droits ne peut-être qu’une femme au pouvoir. Ne ratez pas cette dernière
    chance. Le seul moyen pour la femme tunisienne pour faire en sorte que la constitution
    garantisse les droits des femmes en égalité avec ceux des hommes est de voter et
    de soutenir par exemple Maya Jribi (du parti politique PDP). Elle peut et veut
    servir la cause de la femme tunisienne sans parler pour autant de féminisme.  Elle est la seule capable de promouvoir la
    vraie démocratie en Tunisie.

     

    L’avenir de la Tunisie dépend en particulier de la promotion du partenariat
    égalitaire entre hommes et femmes afin de parvenir à une société plus
    démocratique dans son ensemble. Femmes tunisiennes, vous devez apporter une
    contribution très active à l’accroissement du nombre des femmes aux postes de
    prise de décision. Il faut voter Maya Jribi (du parti politique PDP). Elle est
    l’une des rares personnes qui ont eu le courage et l’intelligence afin de gérer
    et de défendre la démocratie et la protection de la femme des abus de notre
    société. Femme tunisienne, les prochaines élections législatives sont votre
    unique et dernière chance afin de vous libérer des soumissions.  Si vous ratez cette chance, préparez-vous
    alors au pire et aux hostilités et ne dites pas après que l’on ne vous a pas
    prévenue. Le partage égal du pouvoir et des responsabilités entre les hommes et
    les femmes est l’une des conditions d’une société tunisienne juste. Il est
    temps, femme tunisienne, de vous mobiliser et de prendre conscience du rôle que
    vous devez jouer pour contribuer efficacement à la reconstruction de la
    Tunisie. Sans votre  présence dans tous
    les domaines et dans tous les secteurs de la vie nationale tunisienne, la
    Tunisie n’a pas d’avenir. Si la Tunisie est un peuple à grande intelligence,
    c’est d’abord grâce à la femme tunisienne. Elle a un potentiel énorme qu’il
    importe de consolider dans l’intérêt de la cohésion nationale. La femme
    tunisienne et en générale plus intelligente que l’homme tunisien et sont très
    peu malheureusement ceux qui sont prêts à accepter ce fait. 60% de nos
    parlementaires masculins ne sont pas dotés des compétences et d’intelligences nécessaires
    pour mener à bien leurs tâches de parlementaire. La participation de la femme
    tunisienne ne peut qu’affecter positivement la bonne gouvernance de notre pays
    et améliorer l’image du Tunisien à l’échelle international. Femme tunisienne,
    l’urgence est là afin de prendre conscience de l’importance de votre rôle dans
    les élections législatives  prochaines et
    plus précisément dans la campagne électorale. Je vous conseille de voter Maya Jribi
    (du parti politique PDP) afin de garantir non seulement à la femme tunisienne
    un avenir meilleur mais aussi à la Tunisie. Maya Jribi (du parti politique PDP)
    est d’une très grande culture et d’une rare intelligence. Elle est de loin la
    plus intelligente de tous les politiciens tunisiens. La seule stratégie à
    adopter par la femme tunisienne dans cette compétition politique est de faire
    le bon choix des personnes politiques  qui peuvent garantir sa liberté afin de jouer
    un rôle actif dans la reconstruction de la tunisien, d’éviter l’hostilité, la
    soumission dans les décénies à venir et de mettre fin aux stéréotypes relatifs
    aux rôles distincts des hommes et des femmes dans notre société. Femme
    tunisienne, vous êtes aujourd’hui en position de force afin de le rester durant
    les décénies à venir. Ne vous laissez pas manipuler par de fausses promesses. Femme
    tunisienne, faites le bon choix et choisissez Maya Jribi (du parti politique
    PDP) afin de mettre fin à la discrimination de la femme. Elle est la seule qui
    peut faire sortir notre pays de la crise socio-économique et qui peut
    représenter avec intelligence notre pays sur le plan diplomatique avec les pays
    du monde entiers.

     

    Il est évident que la femme tunisienne doit soutenir la réussite de Maya
    Jribi (du parti politique PDP) et fassent en sorte qu’elle assurera la
    présidence de la Tunisie. Femme tunisienne, c’est vous qui décide du sort de
    nos politiciens et de la Tunisie par votre choix lors des prochaines élections
    législatives (2012/2013). Ne ratez pas cette dernière chance!

     

    Dr. Jamel Tazarki

    http://www.go4tunisia.de

    Allemagne
     

Comments are closed.