Il aurait fallu une crise économique d’une ampleur considérable et une forte chute du pouvoir d’achat de la population pour acter la création du “Conseil national de la politique des prix” pourtant créé en 1974 mais dont les membres n’avaient jamais été désignés.

Le président de la république, le général Michel Aoun a signé ce vendredi un décret induisant la création d’un tel organisme comprenant toutes les parties concernées des administrations officielles et des associations de la Confédération générale des travailleurs libanais qui représentent les différents segments de la société libanaise, indique un communiqué.

Principale mission de ce nouvel organisme, l’élaboration d’une politique de prix, qui était jusqu’à présent à la seule charge du ministère de l’économie par le biais de sa direction de la protection des consommateurs.

Le Conseil comprend le ministre de l’économie en tant que président, le directeur général de l’Administration centrale de la statistique en tant que vice-président, les directeurs généraux des ministères de l’économie, des finances, du tourisme, du travail et de l’agriculture ; les président de la Direction de la protection des consommateurs, de l’Association des industriels libanais, que des représentants de l’association des banques, de la banque centrale et de la CGTL.

Ce conseil sera prochainement réuni, indique le ministre de l’économie, Amine Salam, qui a appelé à une réunion urgente en raison de la gravité des conditions sociales et économiques actuelles, alors que la livre libanaise a perdu plus de 95% de sa valeur et que plus de 80% de la population vit en-dessous du seuil de pauvreté.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.