Parution le 15 avril 2022


Éditeur : Golias Editions
ISBN : 2354722834
EAN : 978-2354722838


La Syrie, emboîtant le pas à la Russie, son sauveur, a été le premier pays à reconnaître l’indépendance de deux provinces séparatistes russophones d’Ukraine (province de Donetsk et de Lougansk), le 22 Février 2022.

Une décision qui apparaît comme une réplique lointaine à l’occupation de facto par les États Unis du Nord-Est de la Syrie ; des encouragements des Américains à une sécession kurde de cette zone pétrolifère ; enfin à l’aménagement dans le secteur d’Idlib, sous contrôle de la Turquie, d’un rebut pour les jihadistes refoulés des autres provinces de Syrie, avec l’accord tacite de Washington.

La France, président en exercice de l’Union Européenne, pour le 1er semestre 2022, a reçu de plein fouet ces deux camouflets diplomatiques (l’annexion du Donbass et sa reconnaissance par la Syrie), alors qu’elle battait en retraite au Nord-Mali, abandonnant en douceur son projet de création d’un état kurde dans la province de Raqqa, dans le Nord de la Syrie.

Le précédent président français de l’Union Européenne, Nicolas Sarkozy, avait essuyé pareille déconvenue en Géorgie, le 8 Août 2008, avec l’annexion de l’Abkhazie et de l’Ossétie du sud.

L’humiliation est cuisante pour la France en ce que la reconnaissance du Donbass par la Syrie s’est doublée d’une visite du président Bachar Al Assad à Abou Dhabi, le 20 mars 2022, première visite du président syrien à un pays arabe depuis la guerre déclenchée par la coalition islamo-atlantiste contre son pays, il y a douze ans. Une humiliation d’autant plus cuisante que cet Émirat est protégé par une base française, l’ennemie irréductible du syrien que la presse française qualifie de «Bachar» avec une désobligeance qui masque mal le dépit haineux d’un vaincu.

Épilogue de cette épreuve de force, l’hégémonie israélo-américaine sur le Moyen Orient n’est plus ce qu’elle était, ni la vigueur des contestataires à l’imperium atlantiste…. Une parfaite illustration de l’adage selon lequel la vengeance est un plat qui se mange froid.


4ème de couverture

Les déboires de l’Otan en Syrie portaient en germe la débâcle de l’Occident en Afghanistan et de l’essoufflement de la France au Nord Mali avec la fin de l’opération Barkhane, sanctionnant l’émergence d’un monde post occidental et la fin de six siècles d’hégémonie absolue occidentale sur le reste de la planète.

Cette chronique d’une décennie de la guerre de Syrie se présente comme un livre témoin de l’égarement de la classe politique française, des média-mensonges de sa caste universitaire, des dérives de la France et de sa relégation au rang d’« état affinitaire » et de la déflagration mentale des chefs de file de l’opposition off shore syrienne pétro monarchique.

René Naba, spécialiste du monde arabe nous livre une lecture inédite – à contrechamps d‘une vision occidentale – du conflit qui déchire la Syrie depuis plus de dix ans.

En ligne

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

René Naba | Journaliste, Ecrivain Français d’origine libanaise, jouissant d’une double culture franco arabe, natif d’Afrique, juriste de formation et journaliste de profession ayant opéré pendant 40 ans au Moyen Orient, en Afrique du Nord et en Europe, l’auteur dont l’expérience internationale s’articule sur trois continents (Afrique Europe Asie) a été la première personne d’origine arabe à exercer, bien avant la diversité, des responsabilités journalistiques sur le Monde arabo-musulman au sein d’une grande entreprise de presse française de dimension mondiale.