Le siège du Grand Sérail avant l'explosion du Port de Beyrouth.
Le siège du Grand Sérail avant l'explosion du Port de Beyrouth.

S’exprimant à l’occasion du lancement de la Stratégie nationale de réforme des marchés publics, le premier ministre Najib Mikati a annoncé la reprise des réunions du conseil des ministres la semaine prochaine, avec notamment l’étude et l’approbation du budget général, “une étape essentielle que le pays a besoin pour le travail régulier de l’État”.

Le locataire du Grand Sérail a également appelé à la coopération de tous les partis politiques pour que ce budget puisse être également “une étape essentielle pour les réformes”, soulignant également qu’il s’agira pour son cabinet d’organiser les élections législatives de manière efficace et transparente.

Concernant plus particulièrement la réforme des appels d’offres, il s’agit de réformer le système actuel en conformité avec “les recommandations de la communauté internationale qui suit de près cette question”, comme les réformes de l’électricité et de la justice.

Najib Mikati estime que “la réforme du système de passation des marchés publics au Liban fait partie intégrante de l’ensemble des réformes financières de base nécessaires pour parvenir à la discipline et à la gouvernance financières, la lutte contre la corruption et le renforcement de la compétitivité”, une des principales demandes du FMI, du groupe de soutien international au Liban et des participants au programme CEDRE.

En détail, 2 nouveaux organismes devront être créés dans le cadre de la mise en oeuvre d’une nouvelle réglementation, “l’Autorité des marchés publics et l’Autorité des objections”. Ces derniers devront mettre en place une plateforme électronique centrale, des formations aux fonctionnaires et des modèles de cahier de charge à respecter par les administrations publiques.

Youssef Khalil: la stratégie nationale des marchés publics est une étape conforme aux exigences de réforme auxquelles notre gouvernement s’est engagé

Egalement présent au Grand Sérail, le ministre des finances Youssef Khalil a estimé que cette stratégie est conforme aux réformes souhaitées par le gouvernement Mikati III mais également répond aux attentes de la communauté internationale en terme de transparence et de responsabilité dans la dépense de l’argent public.

Le ministre estime qu’il s’agit aussi de permettre une planification préalable des dépenses, et une vision à moyen terme intégrée à un projet. Les fonds ne pourront être donc dépensés hors de ce cadre, renforçant ainsi le rôle du ministère des finances qui pourra alors nticiper les besoins de financement, ainsi que de payer les cotisations des fournisseurs lorsqu’elles sont dues et sans délai.

Youssef Khalil estime ainsi que cette réforme pourra “attirer les investissements dans des projets économiques vitaux dont le Liban a besoin pour faire progresser son économie.”

Il s’agira désormais d’approuver des décrets complétant la loi et proposer des amendements, de publier des instructions et des modèles de cahiers des charges et les mettre à la portée des parties prenantes, de renforcer les capacités nationales par la formation de tous les employés de l’État et de ses institutions, des municipalités et des syndicats et de tous les organismes et entreprises qui dépensent argent, de mettre en route la plateforme électronique, puis de renforcer l’autorité des marchés publiques et d’établir “la Commission des objections, qui est le garant des droits des objecteurs, selon les fondements nouveaux et modernes de la plainte et de l’objection. “

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.