S’exprimant ce 18 mai, 3 jours après les élections législatives, le secrétaire général du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah a évoqué les résultats du scrutin, estimant que la Résistance et ses armes ont été sauvées face à une “énorme campagne médiatique” menée contre elle et ses alliés en plus de la détérioration de la situation économique et sociale.

Aucun camp politique ne peut ainsi réclamer une victoire ou de posséder une majorité parlementaire, la majorité populaire n’ayant pas évolué, estime le dirigeant du Hezbollah qui note que son parti ainsi que les partis qui lui sont alliés conservent une présence décrite comme “importante et forte” au sein du nouveau parlement.

Le monde s’achemine vers une crise majeure en raison de l’augmentation des prix du blé et du fioul, note le dirigeant du Hezbollah. Face à de possibles pénuries, il s’agit par conséquent de calmer la situation, d’autant plus qu’aucun camp ne peut résoudre la crise économique et monétaire seul même avec une majorité parlementaire avant de noter que tout incident ne pourra aboutir à un quelconque résultat.

Hassan Nasrallah estime que l’état aurait pu mettre en place 7 ou 8 mégacentres de vote comme réclamé par la Présidence de la République ou ses alliés du Courant Patriotique Libre pour favoriser la participation au scrutin. Pour rappel, cette mesure avait été refusée par le premier ministre ou encore le ministre de l’intérieur qui estimaient tous les 2 que la loi électorale devait alors être amendée.

Il a aussi rappelé les ingérences de l’ambassadeur saoudien Walid Bukhari au côté de certains partis politiques comme les Forces Libanaises, ou encore le PSP et les candidats soutenus par Fouad Saniora et Ashraf Rifi, “une campagne électorale la plus importante”, estime-t-il, tout en reconnaissant que le nombre de députés ne reflète pas la volonté populaire réelle en raison du système politique actuel. Il s’agit de voir nombre de votes accordés et non de députés, note-t-il à ce sujet.

Ce qui s’est passé au niveau de la communauté sunnite est important, souligne Hassan Nasrallah mais ce problème nécessite d’être abordé par le calme et la responsabilité.

Il appelle ainsi à l’adoption d’une nouvelle loi électorale basée sur une circonscription unique et une représentation proportionnelle non confessionnelle. Aussi, le droit de vote devrait être accordé dès 18 ans pour que les députés élus puissent refléter la volonté populaire réelle.

Concluant son intervention, Hassan Nasrallah appelle ses partisans au calme et à éviter toute provocation comme les défilés en moto ou encore de tirer en l’air estimant cet acte interdit par l’islam mais également de ne pas utiliser le slogan Shia, Shia, Shia comme durant les incidents qui ont dernièrement eu lieu dont le plus récent dans la nuit de lundi à mardi au centre ville.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.