Réuni au Palais Présidentiel de Baabda en session ordinaire cet après-midi, le gouvernement Mikati III a précisé les noms des ministres et des personnes qui participeront aux négociations avec le Fonds Monétaire International et accordé à cette commission un délai de 3 semaines préciser les dossiers qui seront examinés lors de ce processus.

Il s’agira en premier lieu, selon les informations actuelles, de mettre en place un nouveau plan de sauvetage de l’économie libanaise, semblant ainsi rejeter le plan décidé par l’ancien gouvernement, un plan qui estimait nécessaire un bail-out des actionnaires actuels des banques libanaises et un bail-in à hauteur de 12.5% des comptes de plus de 500 000 USD afin de préserver 98% des comptes actuels.

Selon certaines informations, le gouvernement envisagerait plutôt de préserver l’actionnariat actuel des banques – dont fait parti le premier ministre Nagib Mikati par ailleurs – via une liratification de 70% des devises étrangères et d’une transformation en obligations à titre perpétuel des 30% restants selon des termes qu’il reste à définir.

La commission sera ainsi constituée par le vice-premier ministre Saad Chami, les ministres des finances Youssef Khalil et de l’Economie Amin Salam et les 2 représentants du Président de la république Charbel Cordahi et Rafic Haddad.

Par ailleurs, s’exprimant à l’issue de la réunion, le ministre de l’information Georges Cordahi, a annoncé que le cabinet Mikati III a approuvé les recommandations à l’extension de la mobilisation générale face au covid19 ou encore la demande du ministère des télécoms de doubler de manière temporaire la vitesse de connexion sans frais supplémentaires.

Pour rappel, les négociations précédentes ont rapidement achoppé sur le chiffrage des pertes du secteur bancaire public et privé estimées à 63 milliards de dollars par le gouvernement Hassan Diab et confirmé par le FMI alors. Face à ces pertes, les experts estiment nécessaires un bail-out des actionnaires actuels des banques locales.

FOCUS

Banks heavily impacted by the economic crisis

Lebanese banks, for their part, are heavily impacted by the economic crisis that Lebanon is going through. This crisis came to light with the famous foreign currency shortages in May 2019, first blamed on logistical problems by the Banque du Liban before finally recognizing that private institutions were facing major liquidity crises. . The ABL then implemented informal capital controls in November 2019.

Many incidents then broke out in bank branches, depositors demanding to be able to withdraw their funds, which bank officials refused.

The other local banks are not in better condition, foreign experts estimating that for example BLOM BANK would require a recapitalization to the tune of 11.9 billion dollars for example.

According to some sources, Bank Audi would require up to $ 11 billion to be recapitalized because of the losses induced by the state of default on Eurobonds, the possible state of default on bonds denominated in Lebanese pounds but also the virtual cessation of banking activities induced by the informal control of capital unilaterally established by the Association of Banks in Lebanon last November.

In total, the top 14 Lebanese banks alone would require an injection of $ 65 billion, well beyond the possibilities of economic aid estimated at $ 26 billion. Also, haircuts on eurobonds or even on part of Lebanese bonds seem to become inevitable, despite the increase in equity on the decision of a circular from the Banque du Liban.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.