En déplacement actuellement au Liban le commissaire européen en charge des affaires étrangères Josep Borrel a souligné que l’Union européenne pourrait imposer des sanctions à l’encontre des responsables politiques qui bloquent le processus de formation du prochain gouvernement.

Ces propos ont été tenus à l’issue d’une réunion avec le Président de la République, le général Michel Aoun. Joseph Borrel a ainsi appelé à la formation rapide d’un prochain cabinet capable de mener les réformes jugées nécessaires pour permettre le déblocage des négociations avec le FMI et de l’aide internationale.

Par ailleurs, de source médiatique, on indique que les pays de l’Union européenne se seraient entendus concernant les critères qui seront mis en place pour sanctionner les hommes politiques libanais accusés d’obstruer la formation d’un nouveau gouvernement, de corruption ou encore de violation des droits de l’Homme.

Ces sanctions pourraient être élargies à leurs proches comme leurs enfants scolarisés au sein des pays européens, alors que la France a déjà décidé d’imposer de telles sanctions, il y a déjà quelques mois.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն