C’est sur un ton plutôt humoristique qu’une chorale a quelque peu égayé une agence de la Société Générale de Banque au Liban (SGBL) pour y interpeler son PDG, Antoine Sehnaoui, au sujet du devenir des fonds déposés auprès de cet établissement.

La vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux au Liban.

Pour rappel, au mois de novembre, les banques libanaises déjà très affaiblies par la crise économique que traverse le Liban, ont décidé d’instaurer un contrôle des capitaux, consistant à une limitation des retraits à un maximum de 1 000 USD par semaine, certains établissements allant jusqu’à seulement 250 USD et une interdiction de transfert des fonds à l’étranger.

Aussi, les établissements bancaires sont largement critiqués en raison de leurs expositions à l’endettement public, alors que l’agence de notation Fitch considère désormais à partir de ce jeudi, le Liban en situation de défaut de paiement, estimant probable, une prochaine restructuration de la dette publique qui atteint désormais plus de 154% du PIB.

Pour rappel, d’importantes manifestations ont lieu au Liban depuis la nuit du 17 au 18 octobre. Parmi les revendications des manifestations, la démission de la classe politique accusée de corruption et d’avoir mené le Pays des Cèdres à la quasi-banqueroute financière, mais également un audit général des banques, accusées d’avoir profité de la politique de la Banque du Liban et des autorités publiques pour engranger d’importants profits financiers. Cependant, cette exposition à la dette publique pourrait provoquer d’importants soucis, des experts notant que la restructuration de la dette pourrait amener certains établissements majeurs à la faillite.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : Français العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն