Riad Salamé sur Al Hadath, 24 mai 2021

Un accord aurait été conclu entre le gouvernement et la Banque du Liban concernant le chiffrage des pertes du secteur bancaire, un point primordial pour la relance des négociations avec le FMI, indiquent plusieurs sources médiatiques

Ce chiffre serait inférieur à celui présenté par le précédent gouvernement, soit inférieur à 63 milliards de dollars, un chiffre pourtant confirmé par les estimations du FMI et alors que les spécialistes soulignent que les pertes se sont accrues depuis l’année dernière même.

Le taux de change officiel visé par ce plan pourrait atteindre les 9 000 LL/USD ou 10 000 LL/USD. Cependant dans une interview diffusée sur Youtube, le gouverneur de la Banque du Liban estime ce taux irréalisable “sans budget qui inspire confiance, restructuration du système bancaire et négociation avec les créanciers”. Il a également estimé que le relèvement du taux de parité de retrait des dépots de devises des banques de 3900 LL/USD à 8000 LL/USD est actuellement irréalisable, “une telle opération créant des liquidités supplémentaires qui augmenteront significativement le taux de change du dollar sur le marché”. 

Riad Salamé s’en est également pris au président de la république, le général Michel Aoun, à l’ancien premier ministre Saad Hariri et au président de la chambre Nabih Berri, indiquant leur avoir demandé l’instauration d’un contrôle formel des capitaux lors de la fermeture des banques, sans avoir obtenu de réponse de leur part.

Focus

The report published in 2020 by the Foundation for Defense of Democracies and entitled Crisis in Lebanon, Anatomy of a financial Collapse considers all the Lebanese banks studied as insolvent. They are also threatened by legal proceedings, accused of money laundering and because of the link of certain establishments with Hezbollah in the USA.

• Bank Audi SAL
• Bank of Beirut SAL
• Bank of Beirut and the Arab Countries SAL
• Bankmed SAL
• Banque Libano-Française SAL
• BLOM Bank SAL
• Byblos Bank SAL
• Lebanese SAL credit
• Fenicia Bank SAL
• Fransabank SAL
• IBL Bank SAL
• Lebanon and Gulf Bank SAL
• MEAB Bank SAL
• Société Générale de Banque au Liban SAL

Among the banks cited:

In total, the 14 banks taken into account would require an injection of 67 billion dollars, which is far from the maximum sums that Lebanon could obtain in the framework of international aid, that is to say 26 billion dollars (15 billion dollars loans via the IMF and $ 11 billion via CEDRE on the condition of putting in place the economic, monetary and financial reforms necessary to unblock them).

According to calculations made by a foreign expert, all the establishments would require massive injections of funds, going up to 11.9 billion dollars for the BLOM alone, followed by 11 billion dollars for the Bank Audi, amounts today impossible to pay. find in Lebanon itself. The risk of bankruptcy or even complete shutdown is therefore present for these establishments with significant losses for current shareholders.

They could only survive if they merge or haircuts the deposits present.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.