destroyed buildings in an urban area
Photo by Jo Kassis on Pexels.com

Les déclarations et les manoeuvres se multiplient alors que la date de la fin du mandat du président de la république, le général Michel Aoun s’avance.

Si pour l’heure, la semaine dernière a été marquée par un spectaculaire rapprochement entre le Hezbollah et Walid Joumblatt, ce dernier ayant fait part de son souhait de figurer “dans l’équipe gagnante”, aux côtés de ses, peut-être, anciens alliés, on tente de limiter ce rapprochement voire même dans sa propre famille.

Le député Waël Abou Faour a ainsi indiqué que Walid Joumblatt ne choisira pas un candidat de la coalition majoritaire actuelle menée par le duo Hezbollah/Amal ni un candidat de confrontation. Le député poursuit estimant qu’un président est fort dans ses décisions et relations et non dans sa base populaire, semblant ainsi également écarté la proposition du dirigeant des FL Samir Geagea qui avait appelé à l’élection d’un président de confrontation contre le Hezbollah.

Samir Geagea avait également reconnu son désaccord avec Walid Joumblatt et son rapprochement avec le Hezbollah.

Toujours côté Forces Libanaises, l’ancien député de Batroun, Antoine Zahra a révélé que le président du CPL aurait tenté un rapprochement avec Samir Geagea, toujours dans l’optique des prochaines présidentielles. Ce dernier aurait cependant estimé que son mouvement serait même prêt à faire élire Sleiman Franjieh, son adversaire historique au lieu de Gébran Bassil.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.