Crédit Photo: Agence Nationale d'Information
Crédit Photo: Agence Nationale d’Information

Pour mieux comprendre ce qui se passe sur le terrain des manifestations populaires, évitons d’être conditionné ou ligoté par les significatives paniques mentales du corps politique. Pour s’initier au langage direct des gens avec l’intrépide et fort résolue trajectoire de la société civile on se doit d’écouter avec respect leur intolérance. Les  libanais ne veulent plus subir les conséquences de la déliquescence des institutions de l’état selon les humeurs des faux représentants. La coupure quasi totale avec les souffrances multiples et journalières  du citoyen aboutit au message qui percute. Les politiques irréconciliables servent des personnes illégitimes et n’agissent que selon les contreparties du marchandage et de la surenchère.

Ainsi, le « Nizam » n’existe plus effectivement que pour préserver les intérêts isolés des aberrantes cuisines « politiques » particulières. Elles ne sont basées sur l’impuissance mais sur la construction de l’adversité!  Elle font perdurer des résultats néfastes ou stériles pour les gens au service des agendas extérieurs.

Le plus dangereux  dans l’état actuel de la nation est de négliger ce fait irréversible et incompatible avec les stratégies des « chefs », des « représentants  » et des hommes d’affaires dits « forts soucieux du citoyen »:  Aucun parti ne peut désormais dévier, tromper le ral le bol du citoyen en bousculant son bon sens légitime ou devenir crédible rien qu’en manifestant à ses côtés. Pour la majorité silencieuse le temps de se taire est désormais révolu. Sa voix blessée mais unifiée confirme la priorité de la cohérence et de l’engagement pour chaque étape sur des pages propres.

Non à toute négociation avec les politiques corrompues! Oui à qui va à la chasse perd sa place!

Joe Acoury

Comments are closed.