Encore une fois la terreur s’abat, lors d’un ciel bleu comme une foudre à Beyrouth. Des vies sont fauchées d’un coup et nous voilà reparti pour souffrir des affres de vampires contemporains, jouisseurs d’une obsession: celle de la mort à tout pouls vivant, distinct, différent et présent! Ces ennemis massacrent ce qui bouge, respire, pense, sent, prie à sa façon, librement, ouvertement! Leurs cibles préférées: les différences de toutes sortes et la coexistence harmonieuse des cœurs et des esprits surtout quand elles battent la mesure de la liberté! Leur bête noire concerne de près ou de loin, la modération, le dialogue et la paix.

Nous retrouvons ici deux tendances opposées. L’une se caractéristique par la dimension réduite de l’homme, si proche des cavernes; cloisonné et programmé. Celui qui prépare des attentats et presse sur le détonateur pour arrêter le cycle des vies. Son but: des crimes macabres, un étalage sordide de morts, de blessés et de grands dégâts. Une autre, qui oriente l’humain vers son objectif principal: La culture vivante de la paix entre les constituants du tissu humain. Il se consacre ainsi à initier, échanger, valoriser les valeurs conciliatrices communes. Il le fait malgré toutes les lourdes différences, les injustices de l’histoire, le cloisonnement des clans, les affiliations politiques dites stratégiques ,les souffrances multiples inhérentes aux conflits, les crises et les violences entre certains.

L’un assassine, l’autre essaie de rassembler les pièces qui manquent à l’unité et à la coexistence. Il va travailler à; colmater les blessures, baser les points communs, construire des rapports meilleurs et développer un monde moins agressif, plus communicatif afin d’instaurer tout dialogue possible et d’abolir le geste qui tue.

On dira souvent, à quoi cela sert-il de croire et de poursuivre le chemin de la douceur parmi de si dangereux voleurs de vies?

La raison demeure simple et identique pour tant de ceux qu »on appelle « ces rêveurs et utopistes insensés »: « Pouvez vous concevoir un monde d’individus avec des hachettes prêtes à couper les têtes ou préfèrerez vous savoir que face à eux les individus, les groupes, les peuples et l’humanité unie feront face d’un pas ferme pour un cri solennel, main dans la main !? »

Joe Acoury