peère noelLe père Noël n’ayant pas reçu de lettre pour en livrer un la veille de Noël,  et La recette rare pour le commander, étant dans les oubliettes de la fabrique des rêveries, fut ratée.

 Les tuteurs dressant et éduquant les libanais les uns contre les autres, avaient jugé que leurs fils du pays, ne méritaient pas un cadeau de cette valeur pour la fin de l’année…

 Apparemment, mes compatriotes, mis sous tutelle, n’ont pas été assez obéissants et sages cette année.

 Contrairement aux parents, qui pardonnent et qui portent en leur cœur l’amour de leurs enfants, le tutorat libanais a sévèrement puni ses enfants du pays.

 Dans le monde des adultes, le jeu de l’enfance est devenu interdit, laissant place au désespoir le plus démuni.

 Jouer dans la cour des grands, n’est plus un jeu d’enfant.  Les rêves s’envolent … !

 Un Président manque au Pays du Cèdre … !

 L’enfant en nous adulte, ne sait plus rêver, ni espérer …   Mis sous tutelle, il s’est laisser-aller …

 Eblouit par des lucioles électriques et artificielles, il a oublié l’essentiel.

 Pour Noël, il a eu la joie éphémère …la joie d’un instant T.

 Un hochet clignotant pour calmer sa colère  et une tétine au goût artificiel pour calmer sa faim de paix.

 Demain, après les fêtes, quand les lumières seront éteintes  avec la fin des rites cérémoniels, mon peuple demandera au Ciel  pourquoi avoir été si privé de l’essentiel …

 Il cherchera peut être dans ses rêveries  un Président à étreindre comme cadeau en étreinte

 Au pays du Cèdre, Nous avions un Président, le Général,  Michel Sleiman ,  il fut le douzième.

 Vos tuteurs semblent si superstitieux qu’ils craignent passer au 13e  laissant ainsi le siège vacant   et préférant l’appât individuel à la fierté nationale.

 Jinane Chaker-Sultani Milelli