Crédit Photo: Serge Alk, source Facebook.

Ely Dagher a accordé au cinéma libanais sa première Palme d’Or au Festival de Cannes avec son court métrage Waves 98. Jeune cinéaste de seulement 29 ans, diplômé de l’Alba, Ely Dagher confirme ainsi sa stature. Waves 98, l’histoire assez personnelle en fin de compte d’un adolescent et de sa relation avec la capitale libanaise, avait été sélectionné parmi 4500 courts métrages, et dont seuls 9 avaient été nominés.

L’atmosphère assez spéciale de l’oeuvre mêle effets d’animations et images presque réelles de Beyrouth, surpeuplée, barres de béton, rappelle les heures sombres de la guerre civile mais termine sur une note d’espoir, d’amour et de lumière que nous vous laissons découvrir ici en espérant qu’il ne s’agissait pas seulement d’un rêve.

A noter parmi les membres du jury concernant les courts métrages, la présence de la cinéaste libanaise, Joanna Hadjithomas,

Sur le Net: Le site d’Ely Dagher et le site du court métrage Waves 98.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Article mis à jour:

Un commentaire?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.