Implantation des réfugiés syriens au Liban

292
8 minutes à lire

Ces temps-ci, on nous rabâche, à longueur de journée, l’éventualité de l’implantation des réfugiés syriens au Liban. Comme si les Syriens n’avaient pas de pays ? Vont-ils subir le même sort que les Palestiniens ? Qui va occuper leur pays ? Qui va le démanteler ? Pourquoi ?

A qui profite cette implantation? Elle profite surtout à l’Europe qui n’en peut plus de recevoir ce flot de migrants qui dissimule en son sein des terroristes envoyés pour déstabiliser les pays européens qui ont fait chuter des dictateurs pour les remplacer par des fous de Dieu alors que ces dictateurs étaient les garants de leurs intérêts. Parmi les mesures prises, l’Europe cherche à freiner l’afflux de ces migrants mais aussi à assurer le retour de ces derniers vers les pays d’accueil au Moyen-Orient pour enfin les y implanter bon gré mal gré. Seuls les cerveaux assureraient leur maintien en Europe. En voulant soi-disant instaurer la démocratie au Moyen-Orient, les Occidentaux n’ont réussi qu’à y semer le désordre. Ils en récolteront un chaos mortel, croyez-moi.

Le Liban a accueilli pendant deux jours, les 24 et 25 mars, une délégation formée par le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-Moon, le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, et le président de la Banque islamique de développement, Ahmad Mohammad Ali el-Madani. Cette visite a laissé planer le spectre de l’implantation des réfugiés syriens au Liban. La Ligue maronite a tenu en septembre un congrès pour indiquer « le chemin du retour » aux déplacés syriens et rejeter une éventuelle implantation des Syriens. Le président de la Ligue maronite Antoine Klimos a invité les Nations Unies et la communauté internationale à ne pas favoriser leur implantation mais de maintenir leur présence provisoire.

L’éventualité de l’implantation des réfugiés syriens au Liban est à prendre au sérieux. C’est incroyable mais vrai. Comment expliquer cette anomalie ? Est-ce à dire que la Syrie dans ses frontières actuelles n’a plus de raison d’être. La carte géopolitique du Moyen-Orient qui se redessine par les grandes puissances verra-t-elle la disparition de cette nation ? Sinon comment expliquer l’insistance à vouloir implanter les Syriens dans les pays qui les ont accueillis ? Verrons-nous la disparition de certains pays et la création de nouveaux pays sous des critères différents de ceux qui ont cours de nos jours ? Le Liban est le maillon faible des pays du Moyen-Orient. C’est pourquoi il a sur le dos plus de deux millions de réfugiés syriens. Il risque d’être la victime des grandes puissances qui n’agissent que pour garantir leurs intérêts. Peu leur importe le respect des valeurs morales qui doivent régir les relations entre les Nations du monde.

L’implantation des Syriens montre déjà le bout du nez. Les nouveau-nés syriens sur le territoire libanais ne sont inscrits ni en Syrie ni à l’ambassade syrienne au Liban. Ils ne sont inscrits nulle part. Ils attendent l’implantation pour obtenir la nationalité libanaise. Les enfants syriens suivent le système éducatif libanais pour une meilleure intégration au pays d’accueil. Les employeurs libanais licencient leurs employés libanais pour les remplacer par des employés syriens qui acceptent des salaires plus bas, qui n’ont pas droit à la Sécurité Sociale et qui fournissent des besognes souvent inhumaines. Bien plus, les réfugiés syriens exercent au Liban des professions libérales comme plombiers, électriciens, techniciens en satellite et autres. Ils font la concurrence aux Libanais. Ils ne demandent la permission à personne pour ouvrir boutiques, magasins ou même pour vendre des produits syriens. Les vendeurs ambulants syriens sillonnent les villes et villages libanais et y écoulent des articles divers. Ils reçoivent des aides de toutes sortes des Nations Unies pour les encourager à rester dans mon pays. Les plus riches achètent des appartements pour mieux se fixer et faire fructifier leurs commerces. Tout ce qui est interdit aux réfugiés palestiniens est permis aux réfugiés syriens. Les soldats syriens qui ont évacué le Liban en 2005 ont été remplacés par plus de deux millions de réfugiés syriens beaucoup plus dangereux pour le Liban que la présence de l’armée syrienne sur son sol. Tout est permis aux Syriens sous les yeux d’un gouvernement libanais pris en otage par ses tiraillements internes.

A qui la faute si le Liban venait à disparaitre de la carte du monde? Aux dissensions au sein du gouvernement libanais. Les ministres ne s’entendent pas sur cette question pour la simple raison que chaque clan veut traiter ce problème sous l’angle de ses intérêts personnels. Le report de l’élection d’un Président de la République ne fait-il pas partie du complot qui se trame contre le Liban ? Ce report n’est-il pas pour faciliter cette implantation ? Les institutions de l’Etat vivent dans une délinquance totale. Le disfonctionnement du système politique laisse penser que nos dirigeants ne seraient pas conscients des dangers qu’encourt la Nation. Cette inconscience serait grave. Ce qui serait plus grave, c’est qu’ils en soient conscients et qu’ils ne font rien pour défendre le pays.

Si la Syrie est démantelée, tous les pays du Moyen-Orient le seront à leur tour, et le Liban en premier, comme d’habitude. L’implantation des Syriens au Liban portera atteinte, à coup sûr, au fragile équilibre démographique de notre pays. Le lourd fardeau des Palestiniens et la présence massive des Syriens feraient des Sunnites la nouvelle majorité au détriment des Chiites. L’implantation des Syriens ferait partie de la sourde lutte entre les Sunnites et les Chiites. On pourrait expliquer pourquoi les uns refusent la tenue d’une Assemblée Constituante pour modifier la structure du pays et sa Constitution alors que d’autres veulent la tenir le plus tôt possible.

Qui la refuse ? Qui veut la tenir maintenant ? Les Sunnites ne veulent pas en entendre parler maintenant tant qu’ils n’ont pas pris le dessus en nombre sur les Chiites. Le jour où ils deviendraient majoritaires, ils auraient intérêt à apporter tous les changements structurels et constitutionnels du pays. Les Chiites voudraient la tenue de cette Assemblée Constituante le plus tôt possible pour au moins deux raisons. Actuellement, ils sont majoritaires au détriment des Sunnites. En plus, ils ont des armes qui leur permettent d’imposer par les menaces leur volonté aux Sunnites et à toutes les composantes de la population libanaise. Tout changement éventuel se ferait à leur avantage.

Quel serait l’avenir des chrétiens dans ce chambardement ? Ils perdraient, à coup sûr, toute influence sur le cours des événements. , La Présidence de la République leur serait retirée. Il en serait de même pour le Commandement de l’Armée et pour leurs derniers bastions dans le système politique actuel. Ils auraient à choisir entre deux maux. Soit ils acceptent de vivre en dhimmis [Un dhimmi (en arabe : ذمّي) (terme historique du droit musulman) est un citoyen non-musulman d’un État musulman, lié à celui-ci par un « pacte » de protection.] Soit ils s’exilent et vont vivre hors du Liban sous des cieux plus cléments. Ils exauceraient le vœu de Kissinger qui a toujours voulu faire du Liban un pays de rechange pour les Palestiniens chassés de leur pays et pour les Syriens qui auraient perdu leur pays. Le complot contre le Liban est en marche. Toutes les Nations du monde y participent. Que font nos dirigeants actuels ? Rien sinon se chamailler pour des futilités. Les leaders chrétiens actuels font preuve d’amateurisme désolant en politique. Ils se disputent pour savoir lequel est plus représentatif que les autres et par conséquence lequel est plus apte à occuper le poste de Président de la République. Ils semblent oublier qu’il faudrait avant tout sauver la République pour espérer en devenir Président. Où sont les Riad Solh, Bechara Khoury, Camille Chamoun, Pierre Gemayel, Raymond Eddé, Sleiman Frangié, Saeb Salam, Takiyidin Solh, Sabri Hamadé, Kamel El Assaad, Kamal Joumblatt et j’en passe. Aucun de nos dirigeants actuels n’a l’envergure de ces dirigeants historiques du Liban. Et c’est bien dommage.

Dirigeants de mon pays, réveillez-vous. Notre Liban risque de changer de visage. Unissons-nous tous en bloc pour faire face au complot. Le Liban-message risque d’exploser en mille morceaux. Nous serions tous perdants. Le Liban, pays carrefour entre la civilisation musulmane et la civilisation chrétienne, cesserait d’exister. Des conflits interminables entre ses différentes communautés finiraient par avoir raison de son existence en tant qu’Etat indépendant, libre et souverain. Ce serait aussi donner raison à feu Georges Naccache pour qui « deux négations ne font pas une nation. » Dirigeants de mon pays, je vous supplie d’agir en héros pour sauver le Liban. Les regrets ne serviraient à rien si Le Liban, à Dieu ne plaise, venait à mourir. Nous tous participons à ce complot contre le Liban et contre les pays du Moyen-Orient parce que nous assistons passivement à sa réalisation. J’en appelle aux peuples arabes de se réveiller à temps et de s’unir dans un élan de solidarité pour empêcher une nouvelle injustice commise contre le peuple syrien et contre les peuples arabes après celle commise contre le peuple palestinien.

Samy Chaiban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français