Israël menace à nouveau de renvoyer le Liban 50 ans en arrière

258

Le commandant d’armée israélienne Aviv Kohavi a menacé de renvoyer le Liban 50 ans en arrière en cas de conflit avec le Hezbollah. Outre les infrastructures du mouvement chiite, les forces israéliennes s’en prendraient également aux infrastructures publiques, a-t-il déclaré dans une interview publiée par le quotidien The Jeursalem Post.

“Le Hezbollah et Nasrallah savent que le Liban sera touché d’une manière sans précédent qu’il n’a jamais connue dans son histoire”déclare Aviv Kohavi, qui accuse le mouvement chiite d’avoir mis en place des infrastructures pouvant être ciblées partout au Liban.

“Nous avons considérablement amélioré nos plans opérationnels, et il y a des vagues de puissance de feu qui frapperont toutes ces cibles et causeront des dommages importants et sans précédent au Liban, y compris aux infrastructures nationales qui soutiennent la terreur, telles que les centrales électriques et d’autres infrastructures”, déclare le dirigeant de Tsahal.

Côté population libanaise, face à ce type de déclarations, on s’amuse généralement, notant que revenir 50 ans en arrière signifie pour les libanais à revenir durant l’âge d’or du Pays des Cèdres, avant la guerre civile, alors que l’électricité était assuré quasiment 24 heures sur 24 contre une heure aujourd’hui et que la détérioration financière actuelle a abouti à une perte importante du pouvoir d’achat.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.

Un commentaire?