Les financiers de Daech

128
2 minutes à lire
Incroyable mais vrai : la France est le principal bailleur de fonds du groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique, estime le quotidien Le Figaro qui rapporte l’accusation portée contre ce pays par Obama «glissée» dans un entretien qu’il vient d’accorder au New York Times. «Les Français payent des rançons aux terroristes», assure le président américain qui ne croit pas François Hollande quand il affirme le contraire.
 
Comme par hasard, cette déclaration est tombée au moment où le chef d’état-major de l’armée française se trouvait à Alger. Les hôtes algériens de l’officier supérieur français font-ils le même reproche à leur invité dont le pays combat le terrorisme d’une main et le nourrit de l’autre ? Selon le Figaro, la France a même été gratifiée par le New York Times du titre peu glorieux de «championne» du paiement des rançons à Al-Qaïda.
 
Le quotidien américain, visiblement très bien informé, fait le compte de ce que la France a donné aux terroristes en échange de la libération de ses ressortissants qui avaient été pris en otages : au total 67,6 millions de dollars depuis 2008, plus que la moitié des 125 millions de dollars que les enlèvements auraient rapportés aux groupes terroristes. Il y a plus que de l’inconséquence dans ce comportement.
 
Et en France, la classe politique fait comme si de rien n’était. Les députés français vont débattre aujourd’hui à l’Assemblée nationale d’un «projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme», qui, dit-on, fait consensus. Y aura-t-il un député pour proposer que ce projet tienne compte de la résolution votée par l’ONU en février dernier demandant aux Etats de ne pas verser de rançon à des groupes terroristes pour libérer des otages ? C’est à ne rien comprendre : le projet de loi veut «conjurer la menace représentée par les filières de djihadistes qui impliquent des Français», mais ces mêmes filières sont financées par un budget alimenté par la France à travers le paiement de rançons.
 
Le problème est simple : quand un groupe terroriste a besoin d’argent pour engager un djihadiste français, il prend en otage un autre français puis le libère en échange du paiement d’une rançon qu’il utilisera pour ce recrutement. En paroles, la France dit combattre Daech et, en cachette, finance ce groupe terroriste. C’est tellement simple qu’il faut se poser la question s’il n’y a pas autre chose ignorée par les observateurs crédules.
 
Par Kamel Moulfi (Algérie patriotique)
 

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français

3 COMMENTAIRES

  1. Ces « djihadistes » de parfaits zombis. De la chair à canon.
    Incapables de comprendre que ces “oulémas” saoudiens et autres manipulateurs , qui les ont recruté “religieusement” par dizaines de milliers pour faire le “djihad” de l’Otan, viennent de faire un virage de 180° en les condamnant “religieusement” aussi, maintenant, pour les intérêts, comme toujours, des monarques corrompus, des Etats-Unis et leurs sionistes.
    Plus ils en crèvent et plus le monde arabe et musulmans visé se portera mieux et plus les monarchies rétrogrades et corrompues se sentiront menacées!!
    Qu’ils crèvent donc ici et qu’ils brûlent en enfer!!

  2. Raisonnablement que dire de ces américains qui annoncent à l’avance, de plusieurs semaines,à son “ennemi” Daech qu’il compte le bombarder prochainement?
    En clair, “Repliez-vous vers la Syrie qui est le lieu des combats programmés et non l’Irak”
    – La déclaration d’Obama posant l’hypothèse qu’il compte aussi les bombarder, sans passer par le CS, en Syrie est une hypocrisie, car sachant bien qu’elle sera rejeté
    – Passer par le CS anéantirait les calculs et les prétentions des EU qui sont de maintenir une force terroriste d’instabilité dans la région

    Mais une fois en Syrie, ils deviendront “opposition démocratique en Syrie” qu’il faudra aider selon la déclaration de Paris contenant 10 points où la Syrie est complètement exclue.

Comments are closed.