Après une année blanche imposée par la crise sanitaire, l’Agence universitaire de la Francophonie au Moyen-Orient et le Conseil national de la recherche scientifique du Liban ont organisé, en collaboration avec l’Observatoire national pour la femme dans la recherche (DAWReK’n), la quatrième édition du concours « Ma thèse en 180 secondes- MT180 » le jeudi 3 juin, au CNRS-L, à Jnah. 

13 doctorants et doctorantes francophones provenant de différentes universités libanaises et sélectionnés parmi une vingtaine de candidats de disciplines scientifiques et littéraires diverses ont participé au concours. Les étudiants ont exposé leurs projets de recherche en français en trois minutes seulement devant un public (restreint) non spécialisé afin de mettre en exergue leurs projets scientifiques et diffuser les connaissances au plus grand nombre possible en un temps limité et dans un style simple et attrayant. 

Le jury était composé du directeur régional de l’AUF Moyen-Orient M. Jean-Noël Baléo, de la directrice du programme de bourses doctorales au CNRS Liban Mme Tamara el Zein, du Vice-recteur de l’Université Antonine M. Roni Darazi, et de la journaliste à l’Orient-le Jour Mme Suzanne Baaklini. 

La doctorante de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth Rania Kassir a remporté la première place. La doctorante de l’Université Saint-Esprit de Kaslik Sandra Chidiac s’est octroyé la deuxième place. La doctorante de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth Marguerite el Asmar Bou Aoun s’est, quant à elle, hissée à la troisième place. 

Le Directeur régional de l’AUF Moyen-Orient, M. Jean-Noël Baléo, rappelant la noblesse de l’engagement au service de la science choisi par les jeunes chercheurs, leur a précisé que le talent, conjugué avec la rigueur, la persévérance et la passion de l’effort, ne suffisaient plus, tant étaient devenus impératif le rôle de vulgarisation et de médiatisation, pour contrer la prolifération des contrevérités scientifiques à l’heure des fake news. 

Pour sa part, le Secrétaire général du CNRS Liban, M. Mouin Hamzé, a souligné la qualité du partenariat établi entre l’AUF Moyen-Orient et le CNRS-Liban, qui établissaient ensemble des programmes durables comme MT180s ou le nouveau programme conjoint de soutien à la recherche, R3 Liban.  

La lauréate Rania Kassir bénéficiera de la prise en charge de l’AUF et du CNRS-L pour défendre les couleurs du Liban lors de la finale internationale qui aura lieu en septembre à Paris.

A PROPOS DU CONCOURS

Inspiré du concours australien Three minutes thesis, « Ma thèse en 180 secondes » a été initié au Québec en 2012 par l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Ce concours lance aux doctorants francophones le défi de présenter l’objet de leurs années de recherches en trois minutes. Il s’agit pour eux d’exposer le sujet de leur thèse en français de façon claire, concise, convaincante et même humoristique s’ils le souhaitent, avec une seule diapositive pour support et en 180 secondes chrono. L’objectif est de soumettre les doctorants à une première expérience de prise de parole en public et de les inviter à présenter un sujet scientifique en un langage vulgarisé compréhensible par un public de non-initiés.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Cette publication est également disponible en : English العربية Deutsch Italiano Español Հայերեն