« Si les Rencontres Orient Occident existent, c’est pour créer un espace-temps et mettre à disposition un lieu privilégié favorisant les échanges d’idées, la connaissance et la compréhension de ce qui constitue nos différences mais aussi de ce qui nous unit.» René-Pierre Antille, directeur des Rencontres Orient Occident (ROO).

Conférences, débats publics avec des auteurs, des penseurs, des artistes et autres personnalités suisses et internationales de premier plan ; cinéma, concerts, contes, atelier d’écriture, exposition de photos sur les migrants et échanges avec les étudiants ont été au rendez-vous lors de cette 7ème édition des Rencontres Orient Occident 2018 qui s’est tenue du 23 mai au 2 juin 2018, avec dans la foulée, une journée spécialement dédiée au Liban, le 3 juin, au Château-Mercier à Sierre, ce lieu paisible, éloigné des tourbillons urbains, niché au cœur des Alpes, et soutenues notamment par le Canton du Valais, la Ville de Sierre, la Loterie romande et la Fondation Coromandel.

« En ces temps de bouleversements et de replis rigidifiant les identités, les Rencontres Orient Occident offrent un lieu de convivialité et de sérénité où prendre de la distance pour mieux penser le changement. Penser le changement et concourir à son avènement permanent, grâce au développement d’une culture d’ouverture à l’altérité et aux dialogues entre Orientaux et Occidentaux, entre art et pensée, entre élites et grand public » déclare Marie-Laure Sturm, coordinatrice de l’événement et présidente de l’association Suisse « Reconstruire ensemble », une branche de l’association «Reconstruire Ensemble » au Liban fondée par père Maroun Atallah, mais aussi une mini plateforme, des ROO-Mercier, d’échanges, d’organisation de manifestations, de dialogue et de voyages notamment vers le Liban pour œuvrer à cette reconstruction humaine entre la Suisse et le Liban. « Les ROO-Mercier sont l’émanation de « Reconstruire Ensemble ». Cela explique la raison de la présence de personnalités libanaises intervenant tous les ans aux ROO-Mercier. »

La 7ème édition des Rencontres Orient Occident 2018 au Château-Mercier à Sierre, une invitation à venir réfléchir avec des différents pionniers d’une mondialité apaisée, à construire ensemble, en nous laissant transporter et transformer par le souffle des artistes (écrivains, musiciens, cinéastes, photographe, conteuse) également invités à venir prolonger ces réflexions, en éveillant encore un autre regard, celui des émotions.

« Depuis l’espoir suscité par les printemps arabes, la situation au Proche-Orient et dans le monde ne cesse de se détériorer. Une mondialisation sauvage le bouleverse, suscitant la recrudescence des populismes en Occident et des régimes totalitaires jusqu’en Extrême-Orient. Comment retourner les cercles vicieux des violences terroristes et étatiques, en cercles vertueux d’une mondialité apaisée, restaurant l’Humain, sacrifié sur l’autel d’une économie pervertie ?

Car ces retournements sont possibles et même parfois déjà amorcés, comme plusieurs intervenants l’avaient explicité de manière convergente lors de ces journées de la 7e Rencontres Orient Occident du Château Mercier. « Reste à bien percevoir la complexité et la fluidité de la réalité, grâce aux regards visionnaires d’Edgar Morin, de Patrick Chamoiseau, de Mireille Delmas-Marty, parmi d’autres… Reste aussi à s’ouvrir à l’altérité et à la Relation, pour parvenir à opérer les changements d’attitude que ces derniers appellent de leurs vœux. Ces intervenants contribuent en effet à dessiner l’imaginaire d’une mondialité émergente ; un imaginaire à plusieurs facettes, qu’il importe d’apprendre à traduire et articuler adéquatement, suivant l’enseignement de Barbara Cassin dans les « Maisons de la Sagesse », que celle-ci projette de faire renaître.»

Cette manifestation offre, depuis sa création, aux intervenants ainsi qu’au public un espace propice à la rencontre et à la réflexion, grâce à l’atmosphère de convivialité du Château Mercier; un lieu à l’abri de l’agitation du monde, respirant la paix et la sérénité, permettant de jouir d’un temps privilégié pour créer des ponts et favoriser des échanges entre les diverses cultures du bassin méditerranéen.

« Ces rencontres proposent des manifestations de nature très diverse, tour à tour intellectuelles, artistiques, spirituelles. Les thèmes abordés lors des conférences relèvent de l’archéologie, de l’histoire, de la philosophie, de récits de voyages, de la littérature; elles sont agrémentées par un bouquet de poèmes, de musiques, d’expositions, de films … » René-Pierre Antille Directeur des ROO-Mercier Marie-Laure Sturm. (ROO-Mercier, cf. Programme : https://mail.google.com/mail/u/0/#search/roo/1638d1d1f16cc93c?projector=1&messagePartId=0.1)

L’association Reconstruire Ensemble – Suisse (RE-CH), s’est réjouit aussi d’accueillir à nouveau pour sa 7ème édition, dans la foulée des Rencontres Orient Occident du Château Mercier  un groupe de Libanais-es, qui se sont déplacés jusqu’en Valais pour y participer. « Car le Liban y occupe une place particulière, en raison de la position géostratégique cruciale de ce petit pays – situé sur la ligne de faille entre l’Iran et l’Arabie Saoudite – et surtout de la vaillante résistance de sa population face aux courants belliqueux déstabilisant ses puissants voisins. Une résistance guidée par d’étonnants éclaireurs de la paix, tels entre autres Père Maroun Atallah, Samir Frangié, Antoine Courban, Melhem Khalaf et Antoine Messarra ». Des personnalités que les ROO ont eues, chaque année depuis 2013, et auront encore en 2018 l’honneur et la joie de pouvoir accueillir à Mercier.

Le comité de RE-CH a donc à cœur, selon sa présidenteMarie-Laure Sturm, de s’inspirer de leur engagement et de leurs enseignements pour continuer, inlassablement, malgré toutes les difficultés, à :

– Construire des ponts destinés à faciliter des voyages allers et retours entre le Valais et le Liban, pour mieux se connaître réciproquement et tisser des liens solidaires

– Organiser des manifestations pour faire connaître les richesses culturelles du Liban, entre autres les œuvres de ses écrivains, cinéastes, musiciens, sans oublier sa gastronomie 

– Contribuer à mettre sur pied des échanges scolaires, ainsi qu’à élaborer des outils et pédagogies du dialogue et de la citoyenneté, à l’échelle du monde globalisé, dans le respect de la diversité de ses habitants humains et de ses ressources naturelles.

– Promouvoir une culture de l’ouverture à l’autre et de l’art de féconder réciproquement des visions différentes du monde, dont témoigne le Patrimoine Oriental ; une culture vivante, en évolution permanente, ajustant les uns aux autres en un vivre ensemble apaisé, possible.

3 juin 2018, journée libanaise au Château Mercier

« Nous organisons donc en l’honneur de nos hôtes une journée libanaise, le dimanche 3 juin, à laquelle nous nous réjouirions de vous accueillir, si vous souhaitez – rencontrer ou retrouver tranquillement ces hôtes libanais et les membres de RE-CH – en apprendre plus sur le Liban, son état actuel, dans l’œil du cyclone proche-oriental – comprendre comment le patrimoine oriental fut produit par des osmoses entre les différentes cultures brassées dès la plus haute antiquité dans ce creuset civilisateur, que fut et qu’est toujours le Croissant Fertile, en dépit de tous les conflits dévastateurs actuels – goûter à la gastronomie, la convivialité et l’art de vivre libanais » Marie-Laure Sturm, Présidente de RE-CH

Lors de cette manifestation, autour de la journée libanaise, l’organisation de la table ronde du dimanche 3 juin à 16h, dans l’espace dialogue du Château, en postface aux ROO-Mercier, était autour du Patrimoine Oriental Commun Un long fleuve transculturel ayant comme but, la présentation d’un vaste projet éditorial, coordonné par le Père Maroun Atallah, visant à faire connaître les patrimoines entre autres linguistiques, religieux, architecturaux, scientifiques, artistiques des différentes civilisations qui ont ensemencé le bassin levantin et mésopotamien, berceau de l’écriture, des premières villes et des monothéismes, et essaimé au loin, jusqu’en Europe et en Chine. Ce projet encore inachevé illustre les phénomènes d’osmoses et de fécondations réciproques entre les cultures, dont la conscience constitue le fondement d’un vivre-ensemble apaisé.

Cette table ronde, modérée par Père Miled Zein avait réunit le Père antonin Maroun Atallah, Maurice Ruben Hayoun, écrivain, auteur de plusieurs livrets du PO sur le judaïsme, Myra Prince, directrice des Ed. Geuthner, qui publie ce Patrimoine Oriental Commun et Jinane Milelli, ethnologue franco-libanaise, éditrice et auteure du dictionnaire français-libanaise, intervenant sur la nature plurielle de l’identité libanaise et le droit d’inventaire de son Patrimoine immatériel.

Cette journée avait débuté par un temps de recueillement œcuménique, animé par Père Maroun, le vicaire épiscopal M. l’Abbé Pierre-Yves Maillard et le pasteur René Nyffeler, et l’Assemblée Générale de l’association RE-CH (Reconstruire Ensemble – Suisse), animée par son secrétaire générale, Nagi Zeenny, en présence des membres de RE-LI (Reconstruire Ensemble – Liban), suivie d’un buffet libanais en l’honneur des hôtes de Beyrouth et des intervenants à la table ronde, confectionné par Pierre-André Perruchoud.

La Suisse et le Liban et « Reconstruire Ensemble »

« Reconstruire Ensemble – Suisse » s’active autour de différentes actions de « Reconstruire Ensemble-Liban », initié par le père fondateur le Père Maroun dont le but général est de fraterniser entre les différentes communautés libanaises.

Le comité de RE-CH a donc à cœur, selon sa présidente Marie-Laure Sturm, de s’inspirer de leur engagement et de leurs enseignements pour continuer, inlassablement, malgré toutes les difficultés, à :
– Construire des ponts destinés à faciliter des voyages allers et retours entre le Valais et le Liban, pour mieux se connaître réciproquement et tisser des liens solidaires
– Organiser des manifestations pour faire connaître les richesses culturelles du Liban, entre autres les œuvres de ses écrivains, cinéastes, musiciens, sans oublier sa gastronomie
– Contribuer à mettre sur pied des échanges scolaires, ainsi qu’à élaborer des outils et pédagogies du dialogue et de la citoyenneté, à l’échelle du monde globalisé, dans le respect de la diversité de ses habitants humains et de ses ressources naturelles.
– Promouvoir une culture de l’ouverture à l’autre et de l’art de féconder réciproquement des visions différentes du monde, dont témoigne le Patrimoine Oriental ; une culture vivante, en évolution permanente, ajustant les uns aux autres en un vivre ensemble apaisé, possible.

« Au Liban, comme en Valais, le vivre-ensemble – fondé sur l’ouverture à l’autre, son respect, son accueil, la solidarité, la générosité – est naturel dans les villages. Le vivre-ensemble dans les villes libanaises dépend plus du fonctionnement des institutions étatiques, prévu par le Pacte national de 1943. Or ces institutions sont plus ou moins en panne depuis la guerre civile, dévastatrice également sur le plan matériel et humain. Comme d’autres ONG, l’association Reconstruire Ensemble (RE) travaille donc à restaurer cette culture du vivre-ensemble dans la diversité, afin de favoriser la reconstruction de l’unité du pays. RE promeut en particulier cinq types d’actions, caractérisées toutes par le recours à la culture, levier du développement social et humain : la culture de la citoyenneté (congrès ou ateliers…) les cercles de débats autour d’un livre, la rencontre de l’autre (voyages à l’intérieur du Liban comme à l’étranger), la promotion des régions à travers les activités culturelles et enfin l’édition de l’histoire du patrimoine oriental, qui représente pour les Libanais le fondement de leur unité et de leur créativité. »

Le Liban et la Suisse, deux petits pays, modèles l’un et l’autre d’un vivre ensemble possible au milieu d’une pluralité de cultures, de langues, de religions, un vivre ensemble enraciné précisément dans le respect et la fertilité de cette pluralité, source d’un art de vivre ensemble applicable, pas à pas, dans tout le monde.

« Cultiver cet art de vivre ensemble, tel est l’objectif du cheminement auquel vous invite ce mouvement, visant à explorer en particulier la complémentarité des approches orientales et occidentales. Soyez chaleureusement les bienvenus à marcher avec nous vers ce but ! »

Jinane Chaker-Sultani Milelli