« L’anarchisme est une tendance inhérente à l’histoire de la pensée humaine et à son action. Il cherche à identifier les structures diverses de contrainte, d’autorité et de hiérarchie en défiant leurs légitimités… » Traduit de l’anglais: la définition faite par Noam Chomsky: Chomsky Notebook p 68-2010.

On dit que le libanais présente de très importants qualificatifs d’adaptations face au chaos difficilement descriptible de son quotidien. Cependant, il continue d’alimenter l’inertie tenace face à l’urgentissime changement du catastrophique état des choses. Il évitera de revendiquer et de soutenir ses droits les plus élémentaires pour l’exercice d’une citoyenneté conséquente.Néanmoins, il va critiquer jusqu’à blâmer le comportement de tant de responsables à travers les gesticulations du verbe et les discours chargés de colères. En choisissant de taire sa voix d’électeur, il va lâcher son rôle essentiel: Celui de surveiller et de comptabiliser les élus.

Sinon, Ils peuvent désormais en tout temps et de toutes les façons agir à leurs guises. Ils ne seront nullement comptabilisés pour leurs actions et leurs immobilismes. Un étrange mood de routine archaïque caractérise désormais nos léthargies. Il situe notre histoire entre la période des traditions médiévales et le début explosif de ce siècle consommé à la va vite. C’est finalement un espace étouffant où « le citoyen » ne cultive plus que la surface du provisoire que les conjonctures régionales et internationales daigneraient lui servir: Une dangereuse qualité plus frequemment qu’un acceptable temporaire. Bien de chez nous, on choisira toujours le « meilleur ». C’est à dire, se laisser bercer par les attentes indéfinies, les expectatives illusoires , les soumissions aux faits accomplis des stagnations voulues par les autres..On se croirait les éternels vassaux en quête de territoire face au « seigneurs » locaux et internationaux. On va remplir l’eau au creux des mains à la source, utiliser encore le bois, la lanterne ou un moteur pour éclairer, subir le flou du lien tacite avec nos représentants et traverser les absurdités des guerres locales importées et exportées avec des regards blasés à force de développer le culte de la soumission par la démission!

Nous attendons désespérément ce grand réveil de la citoyenneté, malgré le noir et le rouge du sang versé par des bombes « humaines ». Serait-il encore possible de réviser en nous toutes les irresponsables somnolences pour les corriger, « d’identifier les structures diverses de contrainte, d’autorité et de hiérarchie.. » néfastes? Sinon, va t-on tout droit, vers l’intolérance du poids socio-économique insupportable et l’anarchisme?!

Joe Acoury.