tribune libre

Dans le célèbre film danois cris et chuchotements le metteur en scène , Ingmar Bergman expose les sens, contresens,attitudes douces/amères ,frictions , tensions, colères ,crises, conflits et détentes lors d’un chassé croisé remarquable entre femmes et hommes.
Il met la pendule  à l’heure de l’urgence des cohabitations sereines  quand des personnalités tenaces confrontent leurs vécus.

Au fil des séquences la subtilité des silences déclenchés et déclenchants  des implosions vont se réduire progressivement lors d’attitudes intimement réfléchies de chaque part.

Le jeu des acteurs colle à tant de réalités quotidiennes. Il touche la mémoire du déjà vu dans l’histoire des couples  et lors de dialogues structurés entre personnes.

Pourtant ,dans notre pays ,dialoguer veut souvent dire  se rencontrer pour s’entendre déjà dans un délai court.Tout coincement ou blocage rencontré va ainsi impliquer le  déclenchement de tensions et de crises.

Notons ici que tout échange -enfant/adulte,adulte/adulte- favorise le développement de qualités et de difficultés  d’adaptation inhérentes à toute évolution.

La place d’un regard attentionné aux besoins de l’autre est indissociable de la cordialité .Notre implication émotionnelle vis à vis du partenaire permet de nous situer face à son unité humaine. Ceci peut alors faciliter un échange plus large à plusieurs niveaux .

Etre disposé de  se mettre autour d’une table de dialogue ne consiste pas seulement à proposer les options du bon sens mental mais aussi celles de l’intelligence émotionnelle .

La compréhension de ce qui est dit deviendrait ce projet d’accorder bien plus que la maîtrise du verbe pour écouter et convaincre .
Il s’agira d’accepter d’entendre, à travers les ruptures de  paroles , l’intime blessure de l’affect , les inquiétudes et les appréhensions d’un citoyen partenaire de facto à la cohabitation .

Dans ce cadre précis, les comportements affables, peuvent avec persuasion faire baisser les tensions, contribuer à éviter le freinage des élans ,l’accumulation des tensions et l’arrêt de la communication .

En réduisant la teneur de l’égo à un facteur déclencheur du dialogue, les partenaires peuvent éviter les conflits au présent et à l’avenir.

Quand les capacités mentales coexistent subtilement avec la sensibilité on redécouvre la dynamique conflictuelle comme une expérience riche à élaborer jusqu’ à la résorption progressive des différences.

Ce dialogue continu garantit notre civilité.

Joe Acoury
Gestalt thérapeute.

Libnanews