Le monothéisme en temps de guerre

2

Le secrétaire général des Nations Unies Mr Ban ki Moon, d’autres responsables de la diplomatie internationale et des chefs d’Etat de grandes nations émettent en temps de guerre, des déclarations qui sonnent le glas des mots répétés dans le même ordre. Leurs contenus  transparaissent une froide sécheresse à chaque dramatique événement au Moyen Orient. Une résonante fermeté pour sauver l’enfance de l’inhumanité historique et flagrante de l’État d’Israel demeure disloquée par les connivences de nombreux pays avec I’Etat sioniste. Certains ont même choisi de ne considérer que le droit de réponse d’Israël malgré la démesure de l’atroce violence sur la population de Ghaza. Le massacre d’enfants n’a pas de place dans des coeurs inexistants ou fermés. La décence naturelle et la légitime réaction de révolte sont devenus inexistants pour tant d « hommes » et de « femmes » qui regardent faire.

L’insoutenable souffrance des corps déchirés pour certains semble ne mériter que le silence ou les voix éparses de ceux qui sollicitent cyniquement la retenue. Une solennelle déclaration et action unifiée des « Nations Unies » pour l’arrêt israélien de la boucherie se fait dramatiquement attendre. Des corps innocents paient le prix du feu vert de la technologie militaire et destructrice, imperméable aux appels de calme. Il semblerait que le langage des intelligences se confirme dans l’absence de tout élan humain vital. Celui qui ne peut distinguer le vécu des valeurs qu’il défend chaque jour pour les siens du regard désinvolte sur les enfants mutilés à Gaza. Les religions du monothéisme sont plus que jamais dans le collimateur face au devoir d’accomplir Sa Volonté de Paix. Réagissez ! non pas seulement par ce super geste symbolique et hautement médiatique de prière commune au Vatican.

Il servirait aujourd’hui autrement et urgemment pour clamer ensemble sur le sol de Jérusalem  une demande: Sa miséricorde. L’Islam, au coeur de son recueillement durant ce mois de Ramadan, Le Christianisme par l’essence de sa compassion ouverte à toute personne qui souffre et Le Judaïsme qui « … se fonde sur le culte du Dieu[9] …omnipotent, omniscient, juste et miséricordieux »* transmettraient la verticalité des pensées et des coeurs vers Dieu afin de sauver Jérusalem des pratiques gravement insuffisantes du monothéisme! 

*Wikipedia. 

Joe Acoury.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.