Le président américain Joe Biden aurait demandé aux Israéliens d’éviter toute surenchère électorale sur le dossier des négociations concernant les zones maritimes exclusives revendiquées à la fois par le Liban et l’état hébreu, indique le quotidien Al Akhbar.

Cette demande aurait également été transmise à l’ancien premier ministre Benjamin Netanyahou alors que les autorités israéliennes auraient souhaité que la conclusion de tout accord avec le Liban soit reportée au-delà des dates du scrutin.

Par ailleurs, le renoncement d’une partie de la zone maritime exclusive par Tel Aviv semblerait plus difficile à obtenir que prévu. Tout accord avec le Liban réclamerait l’approbation du président israélien, du Premier ministre, des deux tiers des membres du gouvernement et des deux tiers des membres du parlement. Une solution proposée consisterait en la permission donnée au Liban d’obtenir tout le champ de Qana en dépit de la souveraineté d’Israël sur une partie de cette zone.

Cependant, les autorisations de travail sur ce champ seraient complexes à obtenir, Israël obtenant un droit de regard dessus, a fait observer Beyrouth au négociateur américain Amis Hochstein qui vient de retourner à Tel Aviv pour aborder cette partie du dossier.

Eclairage: La délimitation de la zone économique entre le Liban et Israël

Carte fournie par l'armée libanaise et publiée par plusieurs médias locaux montrant la "ligne Hof" (H) et la totalité de la zone revendiquée par les négociateurs libanais, qui est située entre la ligne 1 et la ligne 29. © Armée libanaise

Pour rappel, à l’origine de ce problème, les négociations entre le Liban et Chypre en 2011. Le point de départ de la zone a été fixé arbitrairement par les 2 pays au point 1 des frontières.
Par conséquent, l’Etat Hébreu a décidé de poursuivre la délimitation de ses frontières maritimes au point 25 selon ses mesures qui correspond au point 1 pour le Liban.
Cependant le Liban estimait dès le départ que le point de départ de sa zone d’exclusivité économique se situait au point 0, selon Beyrouth ou 23, selon l’état hébreu et situé à 17 km au sud du point 1 , fixé lors des négociations entre Tel Aviv et Nicosie.
Ainsi est délimité un triangle allant du point B1 situé à Ras al Naqoura au point 0 puis au point 1.
Cette zone est revendiquée par les 2 états, le Liban et Israël. Elle couvre ainsi plus de 800 kilomètres carrés. Une partie des blocs 8, 9 et 10 se trouvent ainsi au centre de la polémique.
La situation s’est aggravée par la découverte d’un potentiel important de gisements gaziers et pétrolier dans cette zone.
Le Liban indique disposer de cartes prouvant que la zone lui appartiendrait.

Par ailleurs, la ligne Hoff du nom du médiateur américain qui s’était déjà saisi du dossier en 2011 et que Beyrouth avait déjà rejeté, accorde 560 kilomètres carrés au Liban et le solde à Tel Aviv.

En 2019, alors que des négociations semblaient pouvoir être relancées entre le Liban et Israël, elles se sont brusquement interrompues pour des raisons jusqu’à présent inconnues. La tension entre les 2 pays est également montée d’un cran avec la découverte de tunnels traversant la ligne bleue, ligne de démarcation entre les 2 pays.

Le 14 octobre 2020, des négociations entre le Liban et Israël s’ouvrent au QG de la FINUL à Naqoura et en présence du médiateur américain, le sous-secrétaire d’état des Etats-Unis, David Schenker, et sous les auspices du coordinateur spécial de l’ONU au Liban Jan Kubis.

Tel Aviv, faisant part de l’existence de 2 îlots dans son territoire – des îlots inhabités – situés non loin des côtes israéliennes aurait également aurait également étendu ses revendications sur les blocs libanais.

Au cours du 3ème round de négociation qui s’est déroulé le 28 octobre, le Liban aurait ainsi durci sa position et informe la délégation israélienne au sujet de ses nouvelles revendications, élargissant la zone maritime exclusive à 1 430 kilomètres carrés supplémentaires au détriment d’Israël, en prolongeant d’une ligne droit la frontière terrestre. Cette zone comprendrait plusieurs champs gaziers déjà découverts et attribués par Israël à une compagnie d’exploitation grecque. Ces demandes libanaises devraient ainsi geler l’exploitation de ces champs jusqu’à conclusion d’un accord.
Il s’agit pour le Liban de n’effectuer aucune concession sur ses zones maritimes alors qu’Israël en revendiquait préalablement une partie, notent certaines sources, qui s’attendaient à ce qu’un accord puisse être conclu avant la fin de l’année, accordant toute la zone originale au Liban.

Par ailleurs, le 5 avril 2021, on indique que les négociations entre les 2 pays pourraient reprendre après la publication d’un rapport faisant état de la possible existence d’un important gisement gazier dans la zone même si cela reste pour le moment théorique.

En effet, pour l’heure, aucun progrès n’a été constaté à ce sujet, et aucune réunion n’est actuellement prévue officiellement.

Par ailleurs, le décret 6 433 a été signé par les ministres des transports Michel Najjar, de la défense Zeina Akkar et le Premier Ministre sortant Hassan Diab, le mois d’avril 2021, alors que le Président de la République, le Général Michel Aoun a décidé de sursoir à sa signature en attendant la réunion du gouvernement, ce que refuse le premier ministre.
Ce décret officialise la position libanaise d’élargissement de sa zone économique exclusive alors que du côté israélien, on se prépare à lancer une campagne exploratoire dans la zone.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.