Les gesticulations de députés, de politiciens et de multiples responsables traduisent ces fébriles et ultimes préparatifs de dernière minute en vue de l’élection présidentielle. Le citoyen aura tristement droit à la dissonnance répétée, des mots usés, des gestes stéréotypés et du culte des personnalités. On nous ressort la copie historique des mêmes rigoureux avertissements, des regards sévères des uns, des sourires béats ou candides des autres lors des discours improvisés, des interviews solitaires et des soigneuses poses photos. Ce beau monde pourrait-il encore convaincre de sa crédibilité par des promesses et convenir ainsi aux urgentes expectatives de notre pays en crise? Les mentalités politiques opposées inspirent-elles une quelconque perspective de rassemblement autour d’une stratégie de salut national?!  

Les mésententes entre les tendances partisanes sont-elles aussi fondamentales pour pouvoir dissiper leurs venins au gré des convenances opportunistes et provisoires? S’entendre pour un nouveau président est-ce d’abord et surtout, garantir entre vous le réconfort d’un partenariat ambiguë voué à l’installation d’un statut quo? Le « labeur » socio-cogitatif presque ininterrompu de certains responsables réservera t-il l’élan des points communs pour la patrie ou le prochain cauchemar climatisé des pensées cloisonnées? 

Messieurs, nous vous appelons à répondre à la stature de vos status et de vos fonctions. Si vous ne recherchez votre compte qu’à travers vos intérêts, vos concitoyens vous confirment la réalité suivante, blanc sur noir: La confiance demeure indissociable du détachement des priorités singulières. Elle ne se rétablirait qu’à l’écoute d’une voix solidaire et unie hautement clamée afin de sauver la démocratie de tant d' »efforts » perdus sans le savoir!   

Joe Acoury.

1 COMMENTAIRE

  1. Mardi 20 mai 2014. Joe Acoury reflète le dégoût des libanais de la classe politique tout azimut du fait de la corruption et des attitudes de commerce politique de la plupart des leaders féodalistes opportunistes.
    Néanmoins nous aurions préféré à tout citoyen d’oser se positionner et montrer son opinion et ses espoirs. Puis nous comptons à l’avenir de rétablissement de la vraie démocratie pour qu’une majorité ose gouverner sans peur des milices terroristes armées qui terrorisent les libanais.
    Il y a quand même quelques militants politiques braves qui doivent être remerciés et soutenus dans la lutte pour rétablir l’état démocratique juste pacifique respectueux des droits humains et des minorités culturelles du Liban.
    Nous soutenons les forces du groupe 14 MARS en vue de nos souhaits, malgré un ensemble de reproches faciles à deviner…

Comments are closed.