Possible surprise de dernière minute dans la capitale libanaise. En effet, les première et deuxième circonscriptions de Beyrouth pourraient finalement revenir à la liste de la société civile Beirut Madinati, alors que le Ministère de l’Intérieur retarde l’annonce des résultats finaux.

Alors que la liste Beirut Madinati aurait engrangé une confortable avance de plusieurs millers de voix dans les quartiers chrétiens d’Ashrafieh, de Rmeil et de Saïfi appartenant à la Première Circonscription, la victoire électorale indiscutée de la liste de Beyrouth soutenue par l’ancien premier ministre Saad Hariri et la coalition des partis politiques semble s’éloigner.

Les élections municipales se sont transformées dans la capitale libanaise en une lutte entre partis politiques traditionnels à l’exception du Hezbollah et qui ont formé à cette occasion une liste unique parrainée par l’ancien premier ministre et la société civile qui s’était mobilisée cet été dans le cadre des manifestions dénonçant la corruption et l’incapacité des hommes politiques à gérer les différents scandales qui éclatent depuis.

Dans la première circonscription, les membres de la liste Beirut Madinati seraient en tête depuis 19h notamment avec Nadine Labaki, la tête de liste de Beirut Madinati qui recueillait alors 9862 voix.

Résultats incertains dans la deuxième circonscription de la capitale

De nombreuses rumeurs indiquent que la 2ème circonscription Beyrouthine constituée par les quartiers de Bachoura, Marfaa et Medawar dont l’essentiel des votants seraient chiites pourraient également tomber dans les mains de la liste Beirut Madinati suite au comptage partiel des votes. Les sympathisants du mouvement chiite Hezbollah sans consigne de vote auraient reporté leurs choix sur Beirut Madinati qui compterait 4000 voix d’avances alors que les partisans du Président de la Chambre Nabih Berry auraient choisi la liste dite de Beyrouth.

La liste parrainée par l’ancien premier ministre et l’essentiel des partis politiques ne sortirait victorieuse que dans la 3ème circonscription essentiellement sunnite de Beyrouth.

Le vote révèle donc des divisions confessionnelles dans la capitale libanaise et constitue tant un camouflet à l’ancien premier ministre Saad Hariri qui avait déjà hier proclamé la victoire de sa liste qu’aux partis chrétiens qui auraient ainsi perdu leurs électorats traditionnels.

425 violations du processus électoral à Beyrouth

Par ailleurs, une manifestation d’activistes aurait actuellement lieu à proximité immédiate du Ministère de l’Intérieur. Ils protesteraient ainsi contre le retard pris pour l’annonce des résultats définitifs, alors que les scrutateurs de la liste Beirut Madaniti et de l’association Lebanese Association for Democratic Elections (LADE) aurait dénombré plus de 425 violations du processus électoral à Beyrouth. L’association LADE fait ainsi état de tentatives d’achat de voix et d’un recours à la violence contre les électeurs, mais également de pressions par des membres des forces de sécurité et de personnalités officielles lors du vote et du comptage des résultats.

De nombreuses photographies de ces violations ont été publiées sur les réseaux sociaux. On voit notamment des urnes bourrées d’enveloppes sous les regards de membres des forces de sécurité.

Alors que la Justice Libanaise déclare ne pas avoir reçu de plaintes à ce sujet, les retards enregistrés pour l’annonce des résultats finaux serait motivés par la nécessité de recompter les voix en raison des violations constatées. Le Ministère de l’Intérieur estime ainsi ne pas être responsable de ces retards et indique les publier à fur et à mesure sur son site internet.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.