Les comités, les organisations, les assemblées, les conférences et les rencontres au sommet des hauts responsables des grandes puissances devraient refléter les attentes et l’élaboration des perspectives de paix réelle aux populations en crises. Leurs appels concernent fréquemment, les abus de pouvoirs néfastes, la défense des plus démunis et le développement socio-économique pour des solutions durables par l’intermédiaire de gouvernements crédibles et représentatifs. Ainsi, des hommes et des femmes hautement qualifiés travailleraient à construire un tronc national pour initier un réel espoir de stabilité dans leurs pays, soutenu par la communauté internationale. Son regard bienveillant permettrait d’évaluer, d’analyser les réflexions des différentes composantes, de jauger les priorités humaines sur le terrain, de contenir les crises aiguës et de faire l’impossible pour éviter les conflits armés ou leurs reprises. Les personnalités crédibles sont celles qui ont les qualificatifs et l’expérience réussie d’avoir favorisé activement et durablement la paix dans certaines régions du monde.

A noter ici que, pour reconnaître, apprécier, évaluer, refuser ou condamner l’action chez les autres, il serait nécessaire de vérifier la transparence pragmatique des valeurs humaines pour ces chefs de nations. Elles se traduiraient au quotidien par des références au mode de vie cohérent, non contradictoire ni paradoxal vis à vis des valeurs de la citoyenneté idéale prêchée constamment. Les principes fondamentaux de la République et de la démocratie impliquent des paroles, des comportements, des réactions,  des objectifs, des accords, des résolutions et des statures conséquentes! Néanmoins, ce qu’on constate concerne plutôt des comportements dominés par des stratégies de défense et de consolidations d’acquis relatifs aux grandes puissances. Elles indiqueraient de rares prises de positions actives dans le contexte des injustices flagrantes. En voici quelques unes: On nous parle du droit des hommes à la vie et l’on continue d’observer des massacres en attendant …Les grandes puissances sous entendent ou précisent leurs intérêts stratégiques particuliers qui interfèrent cependant injustement avec la libre volonté des peuples du Moyen Orient.

Cependant, répéter qu’il est nécessaire  d’encourager le libre choix national, demeure un slogan démocratique  routinier et rarement effectivement soutenu. Comment le défendre dans des régimes non démocratiques pourtant reconnus toujours aujourd’hui avec une apparente bienveillance? Néanmoins, l’exemple de la démocratie en Europe, aux Etats Unis, en Russie et ailleurs, présente des failles humaines fort inquiétantes, dont principalement: l’émergence du terrorisme latent. Un système censé prévoir pour se prémunir gagnerait à dépister ses reclus et réviser un sévère constat: Celui d’une certaine jeunesse en sérieux mal d’intégration qui irait rejoindre, défendre et combattre au nom de la cause islamiste dans différentes parties du monde. En fin de compte, le plus grand piège aux décideurs de ce monde serait de nier les atroces injustices et les souffrances de tant de communautés qui doivent habiter, composer, influer et décider finalement pour le sort de leurs nations. Eux n’oublient pas leurs victimes, ni les portes de l’enfer et surtout pas les balbutiements de joueurs majeurs sur l’échiquier international.

Joe Acoury.