Les médisants sont toujours lâches ; ils tiennent toujours leurs propos derrière les gens, et quand ils voient face à face ceux dont ils parlent, ils fuient.» (Paul Thiébault ; Le recueil de pensées ; 1805).

Cent personnes qui profèrent le même mensonge, réitéré durant des années, peuvent être anéantis et discrédités, à l’instant, par une seule personne qui leur apporte la vérité incontestable ! 

C’est le cas du Dr Bensaada, un retraité encore en activités universitaires à Montréal et à Oran, auteurs entre autres, pour ceux qui ne savent pas, de « Arabesque$ : enquête sur le rôle des États-Unis dans les révoltes arabes » ; « La face cachée des révolutions arabes » ; « Le développement économique de l’Algérie » en plus des multiples publications sur la physique et la pédagogie. Il est honoré, au Canada, par plusieurs distinctions pour ses contributions en matière pédagogique.

Son dernier livre intitulé : « Qui sont ces ténors autoproclamés du hirak algérien » – dont-il dit qu’il  « n’est pas contre le Hirak » mais contre «  des groupes qui se trouvent actuellement à la tête du mouvement populaire algérien … manipulés et financés, depuis des années, par des organisations internationales » – semble créer une certaine frayeur, avant même sa publication, seulement au vue de quelques passages (dits bonnes feuilles) publiés par la presse ! 

La réaction incongrue vient (par vidéo) de M. Dhina, ami de Zitout réfugié à Londres, un islamiste de l’ex Fis réfugié lui en Suisse, activant au sein de l’organisation « Rachad » et « El Karama » que soutiennent et financent le Qatar et la Turquie d’Erdogan, principalement, dont l’objectif est l’instauration du « Khalifa » dans le cadre de « Moutamar el Oumma » ( Congrès de la Nation, entendre islamique) sis en Turquie, que dirige le terroriste Hakem el Matiri secondé par Hassen Eddeqi. Rappelons que Dhina est l’un des soutiens des terroristes en Algérie par son appartenance au FIS et au FIDA (Front islamique du djihad armé) ! Lors de son interview, par une chaine française, sur la centaine de journalistes qui avaient été assassinés, il répond : « écoutez, pour nous, nous n’avons pas à sombrer dans la médiatisation, dans la sélection, dans la condamnation de la mort ; personne n’a pleuré nos morts ; qu’ils en font leurs martyrs !! »…justifiant ainsi plus d’une centaine d’assassinats de journalistes et d’intellectuels. La France l’avait protégé ! 

Dans la vidéo M. Dhina, qui adopte une attitude au bord de l’hystérie, reproche à l’auteur ses « révélations » qu’il considère mensongères alors qu’il intervient presque au même moment de la sortie du livre en Algérie ! Alors qu’il n’est pas cité, son attention ne s’est fixée que sur les financements extérieurs révélés qu’il réfute sans explication, et chose étonnante, sur la défense des personnalités citées qui sont supposées à l’opposé de son idéologie islamiste. Tout en lui concédant le «droit d’écrire » qu’il lui reproche ensuite par sa démarche et ses manières légères de le critiquer, il manifeste dans son discours une amertume qui semble l’avoir secouée.  Il dit même avoir des preuves que l’auteur travaille pour le « régime » qui le finance tout en le sollicitant (défiant) d’écrire un livre sur les financements par l’état des « zawaya » (associations religieuses). Pourquoi ne le fait-il pas lui-même qui est aussi « docteur en Physique » décroché aux USA avec l’argent de l’Etat algérien, grâce à son père membre du FLN alors parti unique à l’époque ? Qu’il fasse un livre avec d’aussi nombreuses références et annexes qui certifieront ses affirmations ! A-t-il écrit, comme Bensaada, des livres et des centaines d’articles académiques traduits en plusieurs langues ? On sait que non ! Si avec ce livre M. Bensaada « bosse » pour le « régime » algérien, il bosserait pour qui lorsqu’il avait publié « Arabesque$, sur le  ‘printemps’ arabe ? » Pour tous les « régimes arabes » cités ? Raisonnons par l’absurde : A la limite, qui est patriote : celui qui « bosse » pour un « régime » de son pays, quel qu’il soit, ou celui qui « bosse » pour des états étrangers contre son pays ? Ce qui est son cas avec son association et le cas de certaines ONG algériennes qui avaient bénéficié d’assistances financières étrangères que cite le livre ! 

Qui est patriote Bensaada qui a décroché son doctorat au Canada , sans aide de l’Etat algérien, et qui par honnêteté et sagesse a restitué au peuple canadien son dû par l’enseignement et la production de manuels tout en contribuant par des publications en Algérie et en enseignant à Oran ou bien Dhina qui a décroché son doctorat aux USA grâce à une bourse de l’Etat algérien et qui n’a absolument rien payé de sa dette à son peuple ! Bien au contraire, il s’est allié à des forces étrangères, en particulier la mouvance « frères musulmans » de la Turquie d’Erdogan et du Qatar, pour déstabiliser son pays ! Drôle conception du patriotisme, de l’honnêteté et … des principes de l’Islam !

Dhina (et son compère Zitout et leurs associations) sait-il qu’accuser systématique tous ses adversaires de ne travailler que pour l’argent et non pour leurs idées, démontre que dans sa conception l’honnêteté et le patriotisme n’existe pas ? Bensaada répond ainsi au travers d’une lettre contournée : «on se rend compte en vous écoutant que les gens comme vous ― qui ne travaillent que pour l’argent ― ne peuvent à aucun moment penser qu’il existe sur cette Terre des gens intègres, des électrons libres qui n’œuvrent et ne vivent que pour leurs idées. Cette conception de l’intellectuel vous dépasse, car elle n’est pas incluse dans votre logiciel obsolète ».  Il l’invite même à un débat en tête à tête dans un média autre qu’étatique et même étranger qu’il choisira !  

Un jeune bougre, de son bord, en Algérie a produit une étrange vidéo par laquelle – après avoir fustigé les démocrates, les berbéristes, les laïcs, les athées et les « autres » (sans les citer) – il oppose les défunts Gaid-Salah et Boudiaf sur les « bonnes » actions du premier lors du Hirak et les « mauvaises » du second lorsqu’il était Président du Haut Comité d’Etat (HCE) ! 

Dhina, devenu citoyen suisse et son acolyte de Londres citoyen anglais (condamné en Algérie à 20 ans de prison) sont terrifiés à l’idée que leurs complots ont échoué et qu’ils ont perdu, à jamais, leur pays tout en le faisant perdre à leurs enfants par leur cupidité et leur félonie !

L’autre réaction vient de cet inconnu du public, Hamdi Baala un médiocre auteur à «Jeune Afrique» (tiens, tiens !) qui sans avoir lu le livre, mais parcouru les « mauvaises feuilles » (comme il dit) semble connaitre tout le contenu du livre ! Il dit ne pas savoir encore s’il va le lire ! Malgré, il traite quand même l’auteur de « complotiste » sans trop savoir l’histoire du mot et ceux qui en use en ces temps. Sait-il que quand il y a preuves, il n’y a pas complot ? 

Dans sa réaction, il ne fait que citer (c’est déjà bon) les accusations et les accointances, de ceux qu’il défend, avec la NED, les néo-conservateurs américains et d’être proches du FIS, en posant la question des « preuves ». Il ne sait pas si les personnes citées vont intenter une action en justice, car « elles pourraient relever de la diffamation » ! Ses « arguments », ne reposent que sur des hypothèses et la médisance sur l’auteur et sur celui qui a fait la préface ! Il en déduit, par un raccourcis stupide (propre aux nuls), que Bensaada est pro-français, pro-Bouteflika et tutti-quanti !  Il ajoute ce questionnement ridicule « ces révélations nous permettent de nous interroger sur les intentions réelles de M. Bensaada : quels sont les objectifs derrière ses ouvrages, destinés à être lus en Algérie et dans le monde arabe ? Ne constituent-ils pas un danger pour l’éducation et les constantes nationales, vu le background de leur auteur ? » Toc toc ; c’est simplement risible, car cela rappelle un slogan éculé des années 80 ! Il pose même la question sur les possibles financements de Bensaada par les services français (DGSE) ! Il faut savoir : un Bensaada financé en même temps par les Américains, la France, le Canada, l’Algérie de Bouteflika et le « régime » actuel ! N’est-ce pas de l’aliénation ?

Il tente ensuite, idiotement, de divertir en s’évertuant à en faire un « danger national » plus pour dissimuler la terrible déchéance qui guette ses acolytes dont le livre met à nu leurs louches entreprises et accointances avec la NED alliée à la CIA ! 

En fait, ce Baala n’est qu’un des laquais-porte-voix de la « 3issaba » (qualificatif utilisé par le défunt chef d’Etat-major pour désigner les pontes du pouvoir déchu) et de ses soutiens qui voulaient imposer, par le chantage, une hypothétique « phase de transition » (chère à la France), sans vote du peuple ! Celle phase devait être dirigée par un triumvirat (inconnu du peuple) – désigné par des officines, proposé par un sociologue algérien (selon le livre) migrant entre France et USA – dont trois journaux locaux avait commencé à mettre en avant ! Sait-il que ses amis démocrates, organisés autour de « l’alternative démocratique » regroupant des partis et des associations locales, avait tissé alliance avec les islamistes (dont de l’ex Fis) dans le même objectif de faire effondrer l’Etat algériens en s’attaquant aux institutions, en particulier l’Armée, en visant ses cadres et commençant par la « démilitarisation de l’Algérie »? Au final, ils se sont fait avoir par ces islamistes qui se sont avérés dominants lors des pseudo-hirak déviants !

Ce Baala n’est qu’un petit mercenaire de la plume, insignifiant, qui s’accroche aux pages de «Jeune-Afrique », une revue pro-Makhzen que Boumedienne avait de son temps banni du paysage médiatique algérien ! Un quidam qui s’essaye de se mesurer, par la méchanceté, le mensonge et la calomnie, à une personnalité trop forte pour lui ! A-t-il lui aussi écrit ne serait-ce que le 10ème des publications de hautes factures traduits en plusieurs langues du Dr Bensaada ? Sa bourde (et son ignorance) va jusqu’à traiter l’auteur « de lâche » simplement parce qu’il cite une personne en prison qui n’aurait pas la possibilité de répondre (?!) Ah bon ? En plus qu’elle peut porter plainte et peut répondre, on déduit que pour Baala, il est « immoral » de citer dans des livres des personnes en prison ou décédées parce qu’elles ne peuvent pas répondre ? Le comble de l’absurde ! N’est-ce pas bébête pour quelqu’un qui se prétend « journaliste » ? 

Enfin, ce pauvre Baala en croyant faire de l’esprit sur un livre (qu’il n’a pas lu), il a dévoilé qu’il n’est qu’un « sot qui s’ignore » ! Le propre d’un sot est, dit une citation, «incapable de comprendre ce qui est hors de sa portée ». « La médisance est le vice de ceux qui n’ont ni un bon esprit, ni un bon cœur ».

Par cette nouvelle publication, inattendue et singulière, par les preuves, l’auteur anéanti toute possible et éventuelles justifications et répliques ! Certains de ses contradicteurs cités ont été discourtois alors que l’auteur n’a cessé de respecter les règles de politesse et des bonnes manières !  Il affirme dans ses commentaires qu’« il n’y a aucun organisme, qu’il soit Américain ou autres, qui vous donne de l’argent et qui ne demande pas un retour… » tout en rassurant qu’il « n’attaque que ceux qui mènent le Hirak dans un sens qui est voulu par un agenda étranger ». Cela promet donc, des surprises accablantes pour certains imbus de leur personne et de leur soutient, mais aussi soulageantes pour beaucoup d’algériens qui ne cherchaient que le catalyseur pour décharger leur conscience ! Ce sera, sans doute, le sort de ces 02 « radios-liges », relayant la subversion, qui ont surgi ; l’une aux USA baptisée « Radio Corona » et « Radio M » (dite du Maghreb) qui travaillent en collaboration. Elles ont eu d’ailleurs tellement de publicité à travers les médias « mainstream » que ça en est douteux !

Tous leurs mensonges, matraquage que ces milieux injectent et ballottent, depuis des années pour dominer les consciences et caporaliser la jeunesse, aidés par des officines et TV étrangères imposantes et puissantes, ont été mis à bas par un seul livre fait par une seule personne qui lui a consacré une année de recherches documentaires incontestables ! Personne, de ceux qui ont été cités, ne peut contester quoi que ce soit de ce qu’il affirme face aux preuves convaincantes et vérifiables ! Dans ce genre de situation, et à ce niveau d’abstraction, il est certain que des détails foudroyants restent non-révélés ! 

Selon nos lectures et les informations dont-on dispose, ce dernier livre intitulé «Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien ? », qu’aucun des médias algériens connus « printanistes » n’a osé faire mention, est un missile à têtes chercheuses multiples qui tombe sur l’Algérie et qui va débusquer les principaux félons à employeurs multiples, pour leur mise hors d’état de nuire !

Le corps d’agents «printaniste et khilafiste» semble anéanti par ce livre-enquête du Dr A. Bensaada !

Amar Djerrad

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur. Ceci n’est pas un espace pour les commentaires. Les commentaires sont disponibles plus bas.