Une manifestation avec un nombre qui continue à augmenter de protestataires a actuellement lieu, place Riad el Solh, en face du Grand Sérail, siège du Premier Ministre, à Beyrouth.

Les manifestants entendent dénoncer une classe politique accusée de corruption mais également la détérioration de leur pouvoir d’achat en raison de la dévaluation sur les marchés parallèle de la valeur de la Livre Libanaise face au dollar.

Par ailleurs, des incidents ont eu lieu à Tripoli après que des manifestants se soient rassemblés devant les domiciles de l’Ancien Premier Ministre Najib Mikati et de l’ancien Ministre de la Justice Ashraf Rifi. Les gardes du corps de ce dernier auraient tiré en l’air pour tenter de disperser les manifestants qui s’en étaient pris aux caméras de surveillance et incendiés “une chambre de garde”.

Toujours au Nord du Liban, les routes d’al-Beddawi et Qob Elias sont actuellement coupées, alors que certains habitants de cette localité souhaitent rejoindre Tripoli pour participer au mouvement de protestation suite à cet incident.

À l’heure où sont écrites ces lignes, seule la route de Bab al-Tabbaneh a été rouverte après avoir été fermée

Au Sud, la place Elia à Saïda est actuellement témoin d’un mouvement de protestation suite à ces incidents. Tout comme ailleurs, les personnes présentes dénoncent la détérioration du pouvoir d’achat et de la valeur de la livre libanaise face au dollar.

Pour rappel, d’importantes manifestations ont débuté le 17 octobre 2019. Le mouvement de protestation exigeait le départ d’une classe politique

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.