Quelle menue délectation que d’appartenir aujourd’hui à un régime dit démocratique selon lequel un peuple composé de citoyens, censé être souverain, perdrait insensiblement la bienveillance du pouvoir par la puissance délibérée de certains représentants, obéissants  au chef d’une super puissance mondiale!  Ainsi, de la poursuite des minorités ethniques à revendiquer sans cesse l’autonomie, aux jeunes révolutions arabes en mouvement, jusqu’à l’avènement du référendum en Crimee par et pour une tutelle voulue de la Russie, la défense des valeurs de liberté et d’égalité résonne fortement. Cependant, les rapports de force dominent la mentalité individuelle de certains gouvernants. Il semblerait qu »en Russie ils vont  constituer les prérogatives éclairs du maître Poutine sur les libres options de la Crimee. Elle a pourtant été reconnue officiellement en 1997 comme une République autonome rattachée à l’Ukraine. Néanmoins, Il soutiendra une volonté arbitraire et stratégique imposée sous le couvert d’un référendum démocratique avec des résultats connus d’avance. Cet exemple va t-il
initier un jour d’autres chefs dans le monde qui useraient d’une politique de séduction, de pressions économiques et militaires afin de récupérer d’anciennes républiques? Celles ci, opteront-elles pour des girons apparemment plus « sécurisants » que les pays auquels ils sont déjà rattachées? Le nouveau Tsar de Russie entame t-il pour la première fois depuis 1945 le début d’un nouvel expansionnisme russe en Europe alors que c’est sur la station balnéaire de Yalta en Crimee que des accords historiques de paix ont été signés entre Staline, Roosevelt et Churchill? Les aspirations des peuples seraient-elles menacées d’une dynamique peu souple de puissants voisins, réticents à se conformer aux normes méticuleuses de la citoyenneté et des structures républicaines? Les pouvoirs monarchiques et les oligarchies seraient-ils ainsi stimulés à réconcilier une participation populaire plus large dans l’objectif d’un passage vers la démocratisation ou encouragés à renforcer leurs emprises sur leurs populations? Serait-on en train de consacrer la perspective d’une nouvelle forme d’hégémonie au nom des valeurs de la Citoyenneté: Celle qui autoriserait de grands poissons à instaurer des semblants de
Démocratie dans le tiers monde afin de mieux justifier de graves incohérences et prévaloir ensuite cet « autoritarisme salutaire » à travers des régimes essentiellement militaires ?

Joe Acoury.