2 minutes à lire

« La France n’a pas à se substituer à la souveraineté libanaise (…) ne demandez pas à la France de ne pas respecter cette souveraineté. » Il n’y a aucun doute que ces phrases, prononcées par le Président français lors de sa conférence à la résidence des pins, ont provoqué le désespoir de nombreux Libanais car pour eux, il fallait que le Président français comprenne que s’ils lui demandent volontairement une ingérence c’est parce qu’ils ont perdu leur foi en leur capacité à se sauver.

Ces Libanais ont exprimé ardemment leur gratitude à la France pour son indéfectible soutien et se sont rués pour voir son président en personne pour lui exprimer leur détresse, car en lui ils ont vu leur salvateur ! En fait ils ont plus que jamais besoin de croire en ce salvateur qui a su battre il y a trois ans des partis traditionnels et révolutionner le système vu que c’est exactement ce dont ils ont besoin de faire.

Ils ont absolument besoin que ce salvateur cesse de croire à la factice souveraineté pour les aider à construire une vraie. La jeunesse libanaise a compris qu’il lui manque beaucoup, qu’elle a besoin d’apprendre de ce mandat qu’elle réclame par le biais d’une pétition signée par des millions de Libanais.

Elle a besoin surtout d’être contaminée par l’amour de la lecture et la culture qui amène à la liberté pour ne pas répéter la faute de ses ancêtres qui ont raté les leçons que Gebran Khalil Gebran, Farjallah Hayek et autres philosophes ont voulu leur donner.

Ils n’ont pas cru en l’image d’un avenir noir qui attend les communautés qui font semblant de vivre ensemble en paix ! La volonté de cette jeunesse de se tourner vers un pays laïc dont la devise est la liberté, la fraternité et l’égalité, exprime son amour pour son pays, le Liban, qu’elle veut à l’image des Grands pour le sauver de ceux qui violent chaque jour patriotiquement sa souveraineté ! Cela fait très longtemps qu’elle n’a pas entendu quelqu’un dire franchement bhebak ya loubnan.

Rime Khalaf

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité marche uniquement sur un ordinateur.

Cet article est disponible en Français