Moins d'une minute de lecture

Le ministre de la santé Hamad Hassan a assisté à une réunion scientifique avec des représentants français et libanais, pour explorer la possibilité d’utiliser l’odorat de chiens pour une détection plus rapide des personnes contaminées par le coronavirus COVID19. Un examen PCR serait alors préconisé pour confirmer ou infirmer le diagnostique.

Ainsi, l’odorat des canidés pourrait être sensibilisé à la présence de molécules liées au virus dans les odeurs de transpiration. Ces résultats ont été confirmés par les équipes de chercheurs français et libanais.

Selon les chercheurs présents à cette réunion, ces chiens pourraient ainsi se trouver dans les endroits à risque, à l’aéroport international de Beyrouth par exemple.

Pour le ministre, il s’agit d’instaurer une coopération scientifique et médicale entre une équipe franco-libanaise afin d’adopter une technique de diagnostic précoce des voyageurs susceptibles d’avoir le COVID-19, au travers de cette technique.

Cette technique, si approuvée, sera accompagnée par des tests PCR et d’autres techniques pour confirmer le diagnostic. L’objectif sera de diagnostiquer 100% des individus contaminés entrant au Liban.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité ne marche que sur un ordinateur et non sur les mobiles ou tablettes. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un espace pour les commentaires.

Cet article est disponible en Français