Liban: Le nouveau code de la route pas prêt d’être totalement appliqué

4

Le nouveau code de la route, pourtant adopté en 2012 et devant être appliqué à partir du 15 avril prochain, ne sera pas totalement appliqué en raison de différents écueils et notamment le manque de personnels et de compétence même au niveau des forces de l’ordre, de l’aveu même du ministre de l’intérieur, Nouhad Machnouk. Autre motif pour le report, les problèmes sécuritaires et politiques seraient considérés comme plus prioritaires pour les FSI que la mise en place du nouveau système.

Seules les sanctions financières pourraient en effet entrer en vigueur pour les infractions les plus graves, alors qu’un programme de sensibilisation pourrait être mené pour l’heure par les autorités libanaises. Les infractions sont étalonnées sur 5 niveaux. Seules les infractions de 5ème catégories pourraient être pour l’heure sanctionnées:
En cas d’infraction de vitesse à plus de 60 km/h au dessus de la vitesse autorisée, ou en cas de conduite sans permis voir sous influence de l’alcool ou de drogues, le contrevenant serait condamnés à une amende pouvant atteindre 3 millions de livres libanaises ou jusqu’à 2 ans de prison.

Pour rappel, le nouveau code de la route instaure différentes nouvelles mesures et notamment la mise en place d’un permis de 12 points comme en France qui seront déduits au fur et à mesure des infractions constatées et en fonction de leurs gravité. En cas de perte de la totalité des 12 points, le titulaire du permis sera dans l’obligation de repasser par une école de conduite; seulement 6 mois après sa suspension, et en cas de récidive sur une période de 3 ans, la suspension de la licence de conduite se prolongerait une année entière.  D’autres mesures sont aussi confirmées, le fait de parler au téléphone en conduisant pourrait ainsi être puni d’une amende de 250 000 LL. Des voitures électriques pourraient également être introduites au Liban.

Ces mesures ont cependant conduit à une certaine polémique quant à leur véritable efficacité. Ainsi sur les différents réseaux sociaux, ont circulé des photographies d’agents des forces de sécurité pourtant en charge de faire respecter le nouveau code et les violant allègrement ou encore le manque d’infrastructures adéquates, citant le manque de véritables autoroutes au Liban. La vitesse maximale de 80 km/h sur de larges portions des autoroutes a été également critiquée, notamment parce que cette vitesse est la vitesse minimale en condition de conduite normalement dans de nombreux pays européens. Enfin le principe de sanctions financières sévères a été fortement critiqué, de nombreuses personnes s’interrogeant sur la possibilité même de payer un montant pouvant atteindre 2000 USD alors que le salaire minimum n’est que de 766 USD par mois.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

2 COMMENTAIRES

  1. Honteux ! Criminel ! Si on ne veut pas payer 2 fois son salaire, on n’a qu’a pas deconner, et respecter le code de conduite. Un point c’est tout !

  2. Le truc drole serait qu’ils n’aient pas amendé le fait qu’un âne soit prioritaire aux voitures sur les routes comme dans l’ancien code … euh non en fait on a plein d’ânes sur la route qui se sentent prioritaires

Les commentaires sont fermés