La livre libanaise reprend quelque peu des couleurs ce vendredi, après 3 semaines d’une dégringolade importante et à la veille d’un weekend qui pourrait s’avérer critique.

Le taux de change à l’achat de la livre atteint ainsi 11 300 LL/USD à l’achat et 11 500 LL/USD à la vente confirmant son retrait sous le seuil des 12 000 LL/USD et se dirigeant vers celui des 11 000 LL/USD.

Cette nouvelle intervient alors que la situation politique s’est quelque peu détendue hier, avec la première rencontre depuis plusieurs semaines entre le Président de la République, le Général Michel Aoun, et le premier ministre désigné Saad Hariri. Les 2 hommes n’ont cependant pas bougé d’un iota sur leurs exigences respectives, même si le premier ministre désigné a accepté de reconsidérer la nomination de certains candidats, indiquent certains de ces proches.

Cette reprise de souffle de la livre libanaise intervient alors que des rumeurs faisant état d’une manipulation du cours de la monnaie locale se sont faits entendre ces dernières semaines, accusant la Banque du Liban d’avoir injecté d’importantes quantités de livres sur le marché et donc d’avoir augmenté la masse monétaire ou encore certains établissements bancaires d’avoir procédé à l’achat massif de devises étrangères, ce qui avait été réfuté par l’association des banques du Liban.

Cette importante volatilité du cours de la livre libanaise pourrait cependant démontrer qu’une importante manipulation du cours a pu avoir lieu ces dernières semaines. Il reste à en déterminer les causes.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.

Avatar
Libnanews est un site d'informations en français sur le Liban né d'une initiative citoyenne et présent sur la toile depuis 2006. Notre site est un média citoyen basé à l’étranger, et formé uniquement de jeunes bénévoles de divers horizons politiques, œuvrant ensemble pour la promotion d’une information factuelle neutre, refusant tout financement d’un parti quelconque, pour préserver sa crédibilité dans le secteur de l’information.