Le Procureur Financier Ali Ibrahim a autorisé le directeur général de l’Electricité du Liban à couper l’électricité des responsables politiques et des institutions publiques mauvais payeurs.

Cette information intervient alors que se poursuivent actuellement des manifestations à l’encontre de la classe politique accusée d’être corrompue. Parmi les revendications des manifestants, outre le fait de résoudre la problématique du ramassage des ordures qui encombrent les rues de Beyrouth et du Mont Liban depuis la fermeture de la déchetterie de Naameh, le 17 juillet dernier, également la lutte contre la corruption qui ronge l’état et l’administration libanaise, l’amélioration de la production et de la distribution de l’électricité et de l’eau.

Ils demandent également la démission du Ministre de l’Environnement Mohammed Machnouk, la libération des 19 protestataires dont 7 mineurs dont certains sont détenus depuis le 22 aout sans que leurs proches puissent leurs rendre visite.