Abordant les difficultés du premier ministre désigné Nagib Mikati à constituer son gouvernement, le porte parole du Quai d’Orsay a souligné l’appel du Conseil des Affaires étrangères de l’Union européenne du 31 janvier, l’importance d’un fonctionnement indépendant et démocratique des institutions libanaises, fonctionnement qui doit être libre de toutes interférences, y compris venant de l’extérieur.

La France, a-t-il indiqué, estime qu’il n’est pas dans son devoir d’intervenir dans la formation par le Premier ministre désigné Nagib Miqati d’un nouveau gouvernement au Liban. Le Quai d’Orsay souligne cependant la a nécessité de préserver l’unité du pays dans le plein respect de toutes les obligations internationales du Liban, y compris celles relatives au Tribunal Spécial pour le Liban et appelle les partis libanais à travailler ensemble dans un esprit de dialogue et de consensus.