Un communiqué de la présidence de la république indique que les consultations parlementaires obligatoires visant à nommer un nouveau premier ministre débuteront le 23 juin prochain.

Parallèlement, le président de la république a appelé “toutes les parties prenantes à oeuvrer ensemble afin de corriger les erreurs qui ont plongé le Liban dans la situation actuelle”, allusion à la grave crise économique que traverse actuellement le pays des cèdres, une crise considérée comme l’une des 3 pires au monde depuis la moitié du XIXème siècle.

Pour l’heure, le premier ministre sortant Najib Mikati semble être donné favori pour se succéder à lui même comme prochain locataire du Grand Sérail. Les sources font cependant état d’un différend, d’une part avec le président de la république qui souhaite reconduire Walid Fayyad à son poste de ministre de l’énergie et d’autre part avec le président de la chambre Nabih Berri qui souhaite également voir être reconduit comme prochain ministre des finances Youssef Khalil.

S’il parvient à former son gouvernement, celui-ci devrait voir son mandat s’achever en octobre prochain, quand de nouvelles élections présidentielles auront lieu, sauf surprise avec, comme à l’accoutumé, des retards de plusieurs mois, voire même de plusieurs années, pour la désignation d’un nouveau chef de l’état.

D’autres noms comme prochain premier ministre sont également évoquées, comme celui de Mustapha Adib ou encore de Nawaf Salam qui aurait cependant fait savoir ne pas souhaiter obtenir ce poste en raison des défis à venir sur le plan sécuritaire, économique ou encore social.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.