Capture d’écran 2016-02-27 à 09.46.50

Le groupe d’activistes « Vous Puez » ou  #طلعت_ريحتكم a mis en vente sur le site d’enchère Ebay les 24 ministres du gouvernement libanais dont le Premier Ministre Tamam Salam, le Ministre de la Justice démissionnaire Ashraf Rifi, le Ministre de l’Agriculture, Akram Chehayeb qu’ils considèrent tous impliqués dans le dossier de la crise des ordures.

Capture d’écran 2016-02-27 à 10.20.10

D’une manière similaire à l’image du Général égyptien Al Sisi vendu hier par un internaute, le groupe d’activistes via un compte ouvert à cette occasion, réagit ainsi aux échecs répétés des autorités libanaises face à la crise des déchets, autorités qu’ils accusent d’être corrompues et dont il réclame depuis l’été la démission. Un peu, peut-être également, pour dénoncer les ingérences et l’influence de pays étrangers auprès de nos chers hommes politiques, allusion à peine voilée à la crise avec certains pays arabes par laquelle le Liban passe actuellement.

Capture d’écran 2016-02-27 à 11.11.12

Les enchères commencées pour 1 cents de dollars se montent actuellement à plus de 11 000 USD. Il est attendu qu’Ebay, comme à ses habitudes, suspende cette vente conformément aux conditions d’utilisation du site qui interdit ce genre de transaction.

Pour rappel, la crise des ordures a commencé avec la fermeture de la déchetterie de Naameh, le 17 juillet 2015. Après un premier appel d’offre pour remplacer la compagnie de ramassage des déchets Sukleen, pour lequel les sommes demandées par les entreprises concurrentes étaient trop élevées, le dossier est allé de rebondissement en rebondissement avec notamment la tentative malheureuse d’exporter les ordures au Sierra Leone puis en Russie. Les 2 pays ont indiqué que les sociétés qui ont présenté ses projets ont fait l’usage de faux documents, alors que le gouvernement libanais avait pourtant voté l’allocation de 50 millions de dollars à l’une d’entre elle, la britannique Chinook.

Depuis l’avènement de cette crise, on estime que jusqu’à 200 000 tonnes d’ordures se sont désormais accumulées dans les rues de la capitale libanaise, Beyrouth ou du Mont Liban.