Francois-Cheng-La-beaute-nous-rend-meilleurs_imagePanoramique500_220

« L’idée que la vie a un terme, qu’elle ne saurait être différée, nous incite à « nous réaliser »: non plus à nous inscrire dans un trajet de vie que nous subirions comme notre condition inéluctable, mais à concevoir un projet de vie..En d’autres termes, l’homme réalise et se réalise pour se signifier; se signifiant, il donne sens à sa vie,.. » François Cheng. 

Les tensions politiques au Liban facilitent l’impact des conflits extérieurs parce que les politiciens l’ont accepté ainsi. Ils décalent constamment les urgences légitimes d’ordre national avec le prétexte aberrant qu’ils ne peuvent encore s’entendre. Cependant, accorder les cordages pour équilibrer un bateau en pleine tempête  nécessite non pas des alternatives conditionnées mais l’obligation des marins d’agir promptement. Néanmoins, au moment précis où une majorité chrétienne espère encore un clair sursaut patriotique, ses représentants vont la servir fièrement par la cerise, sans le gâteau.

Des promesses tenues sous la forme de nombreuses thématiques verbales exposeront un « meilleur » cru des intentions communes. Elles se résument aux bonnes volontés qui continuent de ménager les introductions au dialogue et qui se distancient de pressantes questions et angoisses propres à tant de libanais. Faudrait-il encore qu’ils attendent les risques d’éventuelles divergences?

Quand on écoute les discours, les réponses par personnes interposées et les solutions  suggérées, le langage des « principes » est souvent énoncé sans la part de s’y consacrer au mieux dans des delais particuliers. Ainsi, notre pays devient l’otage de ces partis qui se définissent les convenances par des prétextes divers. Ceux d’unifier les efforts pour une entente, de respecter à la lettre la constitution et ce, malgré le paradoxe des alliances jurées, tacites ou ouvertes et le poids dangereux d’un déséquilibre démographique d’un million et demi de réfugiés.

Pour faire plus court messieurs, vous indiquez sans le dire que le Liban des libanais existe pour vous mais dans les interprétations des textes. Prière alors, cessez de promettre le changement sur le terrain des réalités et de prétendre « défendre » la « démocratie ». Vous l’avez écartée depuis bien longtemps, jusqu’à ce jour, par des « politiques » endeuillées!

Joe Acoury.