Depuis que les gens ont baissé les bras, lâché leurs illusions concernant une quelconque représentation politique « crédible », des partenaires libanais essaient de recomposer des options ardues en des notes de souplesses. Est-ce que cette politique de séduction avant les présidentielles suffirait à retenir l’attention de ces pensées qui, jusqu’à récemment, confirment d’immuables stratégies? Vouloir changer pourrait-il ainsi initier un langage différent où on s’attendrait à davantage d’écoutes attentives, moins embarrassées de réactions vives et autoritaires? La modération que certains énoncent exposerait certes un courant souhaitable de douceur malgré une atmosphère fort critique. Elle n’est pourtant, rien de plus, qu’une dimension démocratique normale, ordinaire et même banale. Elle est cependant rare mais indispensable au rythme de la coexistence entre les libanais. Les habitudes qui consistent à ne s’adresser qu’à la première personne, à ne s’attarder qu’à son propre récit et à n’adresser aux autres que la verticalité pour les convaincre, semblent êtres périmées pour de nombreuses personnes. Les propositions attractives gagneraient à allier continuellement la pensée au pragmatisme. La dynamique de nouvelles tendances partisanes, aurait besoin de réévaluer la définition d’un pas positif convainquant. L’essentiel serait de dépasser une fois pour toute la tension inutile des élans fougueux pour des dialogues fructueux. Ainsi, les dispositions aux candidatures présidentielles devraient initier un retour à une conscience nationale véritable. Le spectacle des semblants ferait place à l’expérience de raisonner et d’agir en tout temps comme le font dans tous les sens possibles tant de concitoyens résolus de toutes les confessions et cultures. Le but recherché, ne rejoint ici aucune trajectoire opportuniste mais ce chemin qu’ont sait, long et indispensable à sa maturité. Il serait consacré à la conscientisation de l’identité nationale à travers tous nos comportements au quotidien. Son candidat de référence est la dynamique de coexistence transparente de notre société civile au service d’un objectif majeur: Un Liban vraiment démocratique!

Joe Acoury.