Dans le cadre de son exposition « Rythmes Cubiques » inauguré le 15 octobre à l’UNESCO-Beyrouth, l’artiste peintre Youness Koujok a rendu hommage aux sommités de l’Art libanais à travers une édition spéciale de timbres/tableaux.

Ces figures que Koujok a voulu célébrer, ont été conviées au vernissage de cette exposition et sont venues en personne tel que Salah Tizani alias Abou Salim, ou bien représentées pour la plupart par un membre de leur famille afin de se voir attribuer ce tableau-trophée en guise de remerciement à leur carrière artistique légendaire qui a marqué l’Histoire et le peuple libanais. De somptueuses vedettes uniques en leur genre, telles que Sabah, Salwa el-Katrib, Samira Toufic, Salah Tizani, Feyrouz, Majida el-Roumi, Riad Charara, Hind Abillamaa, Chouchou, Ziad Rahbani, pour ne citer que ces noms, se sont vues renaître à travers le pinceau de Koujok, les immortalisant ainsi à sa propre manière.

Koujok, né au Liban, a suivi des études à la Faculté des beaux-arts, et s’est intéressé notamment à l’impressionnisme et au surréalisme de Salvador Dali. Après une carrière dans le journalisme et l’enseignement scolaire, il se rend en France où il entre à l’école du Louvres, et crée ensuite un atelier artistique à Asnières-sur-Seine baptisé Leamisa.

L’idée de la création de ces œuvres a traversé son esprit alors qu’il envoyait une lettre dans un bureau de poste en France, et que ses yeux sont tombés sur un timbre affichant le portrait d’un artiste. Il lui a fallu deux ans et demi de labeur, afin de réaliser cette série de vingt projets plastiques aux ambitions philatéliques, qui semble-t-il, n’en est qu’à ses débuts. Il espère pouvoir effectuer prochainement les contacts nécessaires avec les autorités concernées, à savoir le ministère des Télécoms, afin de concrétiser le lancement d’une édition spéciale philatélique rendant hommage aux artistes libanais.

Par ailleurs, soixante-dix autres toiles (huiles, aquarelles) de style cubiste dont le thème principal est la musique et la danse, peuplent cette exposition qui s’étale uniquement sur trois jours, jusqu’au samedi 17 octobre inclus, dans les locaux de l’UNESCO-Beyrouth.

Crédits Photos : Avec l’aimable autorisation de l’artiste M. Youness Koukok

Article précédentIt’s all in the game.
Article suivant”Wag The Dog” Ou qui veut la destruction du Liban
Marie-Josée Rizkallah est une artiste libanaise originaire de Deir-el-Qamar. Versée dans le domaine de l’écriture depuis l’enfance, elle est l’auteur de trois recueils de poèmes et possède des écrits dans plusieurs ouvrages collectifs ainsi que dans la presse nationale et internationale. Écrivain bénévole sur le média citoyen Libnanews depuis 2006, dont elle est également cofondatrice, profondément engagée dans la sauvegarde du patrimoine libanais et dans la promotion de l'identité et de l’héritage culturel du Liban, elle a fondé l'association I.C.H.T.A.R. (Identité.Culture.Histoire.Traditions.Arts.Racines) pour le Patrimoine Libanais. Elle défend également des causes nationales qui lui touchent au cœur, loin des équations politiques étriquées. Marie-Josée est également artiste peintre et iconographe de profession, et donne des cours et des conférences sur l'Histoire et la Théologie de l'Icône ainsi que l'Expression artistique. Pour plus de détails, visitez son site: mariejoseerizkallah.com son blog: mjliban.wordpress.com et la page FB d'ICHTAR : https://www.facebook.com/I.C.H.T.A.R.lb/