Le quotidien Al Akhbar indique que les négociateurs israéliens exigeraient des garanties sécuritaires en cas de conclusion d’un accord entre le Liban et l’état hébreu, avec reconnaissance de la ligne 23. En contrepartie, le Liban obtiendrait tout le champ gazier potentiel de Qana.

Ces révélations du quotidien Al Akhbar interviennent alors que le médiateur américain Amos Hochstein devrait revenir au Liban la semaine dernière.

Parmi les garanties exigées, le fait que le Hezbollah n’engagera pas d’actions militaires contre ses installations navales au cas où l’accord serait retardé de semaines supplémentaires alors que Tel Aviv ferait face aux pressions des entreprises souhaitant extraire le gaz de Karish.

Celles-ci se seraient montrées inquiètes face aux risques sécuritaires pour les installations et le personnel qui opérerait sur les plateformes. Elles seraient allées jusqu’à menacer de se retirer de ce marché à moins d’obtenir elles-mêmes des garanties.

Israël se serait donc exprimé en faveur d’un désengagement temporaire du champ pétrolier de Karish en échange de l’annonce par le Hezbollah d’un arrêt de ses opérations militaires visant les installations pétrolières.

Si vous avez trouvé une coquille ou une typo, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée . Cette fonctionnalité est disponible uniquement sur un ordinateur.